•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ressourcerie le Filon vert de La Sarre croule sous les dons parfois irrécupérables

Des meubles à donner empilés sur un trottoir.

La Ressourcerie du filon vert a de la difficulté à trier tous les dons, parfois irrécupérables, qu'elle reçoit.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Avec une quantité importante de dons et de matériel parfois reçus en mauvais état, la Ressourcerie le Filon vert de La Sarre a décidé d'accepter seulement les meubles et gros électroménagers en bon état pour une durée temporaire.

Le nombre impressionnant de dons reçus au cours des dernières semaines et le manque d'employés font en sorte que l'organisme a de la difficulté à trier toutes les marchandises. La présidente du Conseil d'administration de Recyclo-Nord, Jacinthe Chateauvert, remarque que de plusieurs citoyens ont apporté des objets à la Ressourcerie après de nombreuses ventes de garage au cours des dernières semaines.

Heureusement ou malheureusement, ça dépend comment on voit ça, s’ils ne sont pas vendus à la vente de bric-à-brac, les gens se disent "On va l’apporter à la Ressourcerie", mais la plupart du temps, nous non plus, nous ne serons pas capables de vendre ces articles-là, explique-t-elle.

Trop d'objets trop endommagés

La Ressourcerie reçoit tellement de matériel qu'elle souhaite aussi sensibiliser la population à réduire leurs achats à la source.

Je pense que le premier R des 3RV [réduction à la source, réemploi, recyclage et valorisation] est un peu oublié, qui est la réduction à la source. On reçoit des choses qui des fois n’ont même pas été déballées parce qu’elles n’ont jamais servi à personne. On se demande pourquoi la personne l’a achetée, souligne Jacinthe Chateauvert.

Elle déplore que des citoyens apportent des objets endommagés, trop usés, ou qui ne peuvent pas être revendus. Elle estime qu'entre 20 % et 30 % des matières reçues à la Ressourcerie doivent être jetées.

On ne peut pas revendre ça. Personne ne va venir à la Ressourcerie acheter un annuaire de téléphone de 2017 ou une boîte de tabac vide pour mettre des vis dedans. On dirait que c’est un aspect que les gens ne comprennent pas, se désole-t-elle.

Elle rappelle que la Ressourcerie n'est pas une poubelle et que les articles en mauvais état devraient être envoyés au Centre de valorisation des matières résiduelles en Abitibi-Ouest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !