•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert pour la réfection de la marina de Matane

Les gabions de la marina de Matane qui soutiennent le sol sont en train de s'affaisser.

Les gabions de la marina de Matane qui soutiennent le sol sont en train de s'affaisser.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Matane vient de recevoir l'aval du ministère de l'Environnement du Québec et de Pêche et Océans Canada pour redonner un peu de lustre à sa marina située en plein centre-ville. L'état lamentable des murets qui protègent le bassin a même failli entraîner sa fermeture complète cette année.

Ces gabions de pierre menacent de s'effondrer dans l'eau depuis quelques années. À l'automne dernier, on croyait qu'il ne serait plus possible d'y installer les ancrages qui servent à attacher les quais.

Le gros des travaux consiste donc à corriger ce problème majeur causé par l'effondrement du terrain.

L'appel d'offres lancé le 16 septembre par la Ville vise la démolition partielle des gabions et la réalisation d'enrochement de protection.

C'est le premier conseil qui s'occupe de nous autres à date, mentionne le commodore du Club de yacht de Matane Steven Grant, heureux de pouvoir confirmer que la marina demeurera ouverte en 2021 et que les nouveaux quais flottants qui dorment depuis trois ans sur un terrain pourront enfin être installés.

Normalement, les travaux auraient dû être faits en 2018.

Steven Grant, commodore du Club de yacht de Matane

La Ville a prévu environ trois millions de dollars pour l'ensemble des travaux. Les Matanais devront cependant assumer seuls ces coûts puisque la Ville a essuyé un refus de la part du gouvernement du Québec il y a quelques mois.

Du côté du fédéral, puisque les bateaux de pêche utilisent le port de mer, aucune aide financière n'était disponible, comme ce fut le cas pour la réfection du brise-lame qui protège la marina de Rimouski.

C'est une marina récréative, ce sont des plaisanciers, alors il n'y a pas de programme qui peut nous aider.

Jérôme Landry, maire de Matane

Le maire s'attend à ce qu'une partie des travaux, soit l'enrochement, puisse se faire cet automne.

D'autres travaux sont prévus comme la réfection de la rampe de mise à l'eau, l'installation de nouveaux ancrages et divers travaux électriques et en alimentation en eau potable. Ils auront vraisemblablement lieu au printemps 2021.

Un projet moins ambitieux

On constate bien ici que les ancrages qui tiennent les pontons sont vulnérables.

Les ancrages qui tiennent les pontons sont vulnérables.

Photo : Radio-Canada

Puisque ni Québec, ni Ottawa n'ont apporté leur aide, le projet estimé au départ à plus de cinq millions de dollars a donc été revu à la baisse.

L'enrochement, ça coûte pas mal moins cher que des quais en palplanches ou des murs berlinois, précise Steven Grant.

De plus, les travaux de dragage de l'entrée du bassin seront réalisés plus tard. Il n'en est pas question dans l'appel d'offres actuel.

Les plaisanciers devront donc continuer de surveiller les marées pour pouvoir entrer et sortir dans la marina.

On est capable de vivre avec ça une année ou deux, mais on ne peut pas rester de même pendant dix ans de temps.

Steven Grant, commodore du Club de yacht de Matane

Si le dragage va à plus tard, un projet que caresse le commodore depuis près de 20 ans, lui, pourrait voir le jour l'été prochain.

La Ville songe en effet à aménager près de la marina une halte pour permettre aux campeurs en véhicules récréatifs de s'installer pour la nuit. Ce site serait administré par le Club de yacht de Matane.

Une halte-camping pour véhicules récréatifs sera aménagée à l'embouchure de la rivière Matane, à proximité de la marina.

Une halte-camping pour véhicules récréatifs sera aménagée à l'embouchure de la rivière Matane, à proximité de la marina.

Photo : Radio-Canada

Steven Grant dit qu'environ une trentaine de VR pourraient y être accueillis.

On a déjà du monde à la capitainerie pour les visiteurs en bateau, on pourrait donc avoir des emplois plus stables.

Travaux compensatoires exigés

Pêche et Océans Canada ne donnera donc pas d'argent pour la réfection de la marina de Matane, mais son accord était tout de même indispensable pour la suite des choses.

Une partie de l'ancien barrage de la compagnie Hammermill sur la rivière Matane est encore visible sous la passerelle René-Lavoie.

Une partie de l'ancien barrage de la compagnie Hammermill sur la rivière Matane est encore visible sous la passerelle René-Lavoie.

Photo : Radio-Canada

Le certificat d’autorisation des travaux du ministère fédéral est conditionnel à ce que la Ville offre une compensation pour la perte d'habitat faunique.

Selon le maire, qui ajoute que les derniers détails ne sont pas encore ficelés, ces travaux consisteraient à démolir les vestiges de l'ancien barrage de la compagnie Hammermill, situé près du camping de la Rivière-Matane.

Pêche et Océans Canada évaluait ces travaux à environ 90 000 $ le printemps dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !