•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : opération policière d'envergure dans les bars en fin de semaine

D'abord la sensibilisation et la prévention, puis la répression si nécessaire.

Une policière regarde un employé discuter avec un client dans un bar.

Les policiers concentreront leurs visites dans les établissements où le niveau d'alerte est en zone jaune.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Radio-Canada

Une vaste opération policière dans les bars et autres établissements avec permis d’alcool se déroule en fin de semaine, au Québec, pour vérifier le respect des mesures sanitaires contre la propagation de la COVID-19.

Alors que les signes d'une reprise de l'épidémie de COVID-19 se confirment au Québec, plus de 1000 adresses seront inspectées par des policiers, dont la moitié à Québec et à Montréal.

Les contrôles ont vocation à s'étendre aux commerces disposant d'un permis d'alcool pour détecter tout manquement aux réglementations sanitaires en vigueur. Ils concernent donc les bars, les restaurants et les lieux de réceptions, particulièrement ceux situés en zone de préalerte sanitaire (jaune).

Depuis vendredi soir, les policiers s'assurent de visu que les consignes sanitaires sont suivies aussi bien par les commerçants que par les clients.

L’objectif est d’abord et avant tout que les gens développent le comportement adéquat, a précisé Ghislain Vallières, du service de police de l’agglomération de Longueuil.

Si la pédagogie sera encore de mise pour les prochains jours, des sanctions financières pénaliseront les récalcitrants : Prévention, sensibilisation, mais quand les personnes ne respectent pas les consignes, on va devoir agir par la répression, a indiqué M. Vallières en entrevue à RDI.

Les corps policiers impliqués à l'échelle de la province doivent publier lundi un bilan de leurs inspections.

Des premières inspections dans des établissements à Longueuil, vendredi, n'ont pas mentionné de manquement grave. Certains clients auraient oublié de porter leur masque dans la file d'attente, a commenté Martin Vézina, le responsable des communications de l'Association Restauration Québec. Ça démontre que les efforts sont là, qu'on offre un environnement sécuritaire.

Geneviève Guilbault avec deux membres de services de police.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec, a annoncé vendredi que la police contrôlerait dans les bars le respect des consignes sanitaires.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Chaque geste compte et chaque outil va être utilisé, a déclaré vendredi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault en lançant l'opération OSCAR (Opération Systématisée Comportements À Risque).

On veut tout faire pour empêcher une deuxième vague.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique au Québec

Des contrôles : oui, surtout pour éviter d'autres fermetures

Le cauchemar des restaurateurs, ce serait une nouvelle fermeture, souligne Martin Vézina, responsable Communication et Affaires publiques à l'Association Restauration Québec.

Les commerçants se prêtent donc de bonne grâce à ces interventions, selon le porte-parole de l'association.

On offre un environnement sécuritaire, a-t-il assuré en entrevue à RDI. On demande à pouvoir maintenir nos salles à manger même si on monte à un palier supérieur dans le système des couleurs.

Une nouvelle fermeture, même d'une semaine, serait catastrophique pour l'industrie, a-t-il prévenu. Contrairement à d'autres secteurs, notre stock, c'est de la nourriture qui se perd.

Il serait également dommageable de jouer au yoyo avec les employés, craint-il. Les gens recherchent de la stabilité, ils ne pourront pas durer longtemps comme ça, on va perdre nos travailleurs en plus.

Avec les informations de Marie-Michelle Lauzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !