•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les entreprises d'entretien ménager encore débordées

Un homme désinfecte des bans dans un autobus scolaire.

Les entreprises sont maintenant appelées à nettoyer les écoles et même les autobus scolaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec l'imposition de mesures sanitaires, le nombre de contrats pour les entreprises d'entretien ménager a explosé. Le travail de nettoyage demandé est aussi plus complexe qu'auparavant : aucune poignée de porte ne doit être négligée.

Les employés du Groupe Soucy, qui travaillent dans de nombreuses écoles de la région, doivent nettoyer les surfaces trois fois par jour dans les établissements scolaires.

Les poignées de porte, les bureaux, jusqu'aux petits crayons qui sont sur le bord de la porte parce qu'ils sont obligés de signer pour avoir un registre de qui entre, qui qui sort, explique Dany Thibeault, le propriétaire du Groupe Soucy. C'est comme un grand ménage à l'année! À tous les jours!

Mais de nombreux entrepreneurs n'arrivent pas à profiter de cette manne.

L'entreprise C-Propre, à Trois-Rivières, engage une douzaine de personnes. Sa directrice adjointe, Annie Chartier, affirme qu'elle doit refuser une dizaine de contrats par semaine, puisqu'elle n'arrive pas à recruter suffisamment de personnel. La Prestation canadienne d'urgence (PCU) est en grande partie responsable, selon elle.

Depuis que la PCU existe, donc depuis mars, on est en sous-effectif, parce qu'on est pas capable de recruter du tout, du tout, se désole-t-elle. On a beau faire des annonces, peu importe où, on ne reçoit pas de CV. Les gens préfèrent rester à la maison que de venir travailler, et c'est clairement ça qu'on dit au téléphone.

Plusieurs propriétaires d'entreprise d'entretien ménager s'attendent à ce que l'automne leur réserve une charge de travail tout aussi importante, ainsi que les mêmes défis de recrutement.

D’après le reportage de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !