•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je me suis pincé jusqu’à la fin de ma carrière », dit Guy Lafleur

ll se lève pour remercier la foule.

Guy Lafleur, le 4 mars 1981, reçoit une ovation au Forum après avoir inscrit son 1000e point dans la LNH. (archives)

Photo : The Canadian Press / Doug Ball

Radio-Canada

« Je me suis pincé jusqu’à la fin de ma carrière », a lancé vendredi le célèbre numéro 10 du Canadien de Montréal. Guy Lafleur est revenu sur les hauts et les bas de sa carrière de hockeyeur, alors qu'un film sur sa vie est en préparation.

En sautant sur la glace du Forum de Montréal, Guy Lafleur se sentait choyé de pouvoir patiner dans cet endroit mythique. Lafleur a fait ses débuts avec le Canadien en 1971, remportant la Coupe Stanley à cinq reprises en 1972-73 et à quatre reprises de 1975 à 1979.

Guy Lafleur a cependant connu des moments plus difficiles au début des années 80, lorsque le Canadien a pris un virage défensif. On échangé énormément de bons joueurs. On avait une bonne équipe, mais c’était pas une équipe compétitive pour gagner la Coupe Stanley, s'est rappelé Lafleur.

J’étais très malheureux par rapport au temps de glace que j’avais à ce moment. C’est difficile d’exploiter ton talent lorsque t’es assis sur le banc.

Guy Lafleur, ancien joueur étoile du Canadien de Montréal

Ses problèmes sur la patinoire ont eu des conséquences également sur sa vie personnelle. Lorsque tu es malheureux et que tu sais que t’as un match, que ça ne va pas du tout et que tu sais que ton instructeur ne te fera pas jouer comme tu voudrais jouer, ce n'est pas facile, a-t-il dit.

La communication difficile avec ses entraîneurs de l'époque a laissé des marques. Ça touche ta fierté, ça touche ton orgueil, a admis Lafleur. Tu veux vraiment bien faire et montrer à ton instructeur qu’il a tort d’agir de cette façon-là, mais on ne te donne pas l’opportunité de le prouver. On joue avec la tête des athlètes à ce moment-là.

Guy Lafleur salue la foule lors d'un matchs d'anciens joueurs

Guy Lafleur. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Un Thursolien comme les autres

L'ancien numéro 10 a aussi expliqué avoir en quelque sorte une double personnalité : celle du petit gars de Thurso et l’athlète. C’est sûrement ce que ses fans pourront voir à l’écran. Si les gens n’ont pas oublié les belles années, c'est peut-être parce que j’étais plus comme eux que différent, estime l’idole de plusieurs hockeyeurs de toutes les générations.

J’ai toujours été terre à terre, pour moi c’est important ne pas oublier tes origines, de ne pas oublier d'où tu viens.

Guy Lafleur

Guy Lafleur participera au processus de production du film sur sa carrière, qui touchera aussi sur les aspects plus difficiles de sa vie. Il n'y a pas juste le côté glamour qui est important, a-t-il précisé. C’est important de démontrer qu'on est tous des humains et que l'on fait tous des erreurs. On essaie d’avoir une vie normale, mais ce n’est pas facile.

L'homme qui célébrera ses 69 ans dimanche 20 septembre dit se porter mieux après avoir connu des problèmes de santé au cours de la dernière année et attendre impatiemment de pouvoir reprendre le pilotage d'hélicoptère, l'une de ses passions en ce moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !