•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un film tourné à Sudbury pour illustrer le stress post-traumatique chez les vétérans

Un technicien de cinéma observe l'écran d'un ordinateur sur lequel se trouve François Arnaud.

L'acteur François Arnaud incarne le rôle de Marc Leblanc, un vétéran canadien de l'Afghanistan.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Si vous habitez Sudbury ou les environs, peut-être avez-vous aperçu les camions de production du tournage du film La Switch. Celui-ci est réalisé par Michel Kandinsky et met en vedette notamment François Arnaud et Lothaire Bluteau.

Le film traite des soldats qui s'enrôlent dans les Forces armées canadiennes (FAC) et qui en sortent atteints du trouble de stress post-traumatique.

Michel Kandinsky et Lothaire Bluteau se tiennent debout avec d'autres personnes devant un camion de police.

Le réalisateur Michel Kandinsky et l'acteur Lothaire Bluteau sur le plateau du film La Switch.

Photo : Radio-Canada

Marc Leblanc (François Arnaud) est un jeune tireur d'élites des FAC qui a été déployé en Afghanistan. Revenu au pays pour prendre soin de son père malade, le retour à la vie civile est plus difficile que prévu.

Michel Kandinsky, le scénariste/réalisateur de La Switch, a voulu aborder l'enjeu du trouble de stress post-traumatique chez les vétérans canadiens.

Michel Kandinsky lors d'une entrevue à l'extérieur devant une forêt.

Michel Kandinsky a connu un vétéran des forces canadiennes qui s'est enlevé la vie.

Photo : Radio-Canada

Les Américains parlent souvent [du trouble de stress post-traumatique], mais je crois qu'au Canada, au niveau de la discussion populaire, on ne touche pas à ça. Et je ne sais pas pourquoi.

Michel Kandinsky, scénariste/réalisateur

Il a lui-même connu un camarade de classe devenu soldat qui s'est donné la mort. Suite à ses recherches, il nous rappelle que le suicide a fait plus de victimes auprès des vétérans américains de l’Afghanistan que le conflit lui-même.

Des soldats en habit de camouflage marchent dans la poussière. Ils sont photographiés de dos.

Quelque 40 000 militaires canadiens ont été déployés en Afghanistan entre 2001 et 2014 (archives).

Photo : Anja Niedringhaus

Incarner le trouble post-traumatique

C'est à François Arnaud que revient la tâche de jouer le rôle du jeune vétéran Marc Leblanc. Afin de se préparer, l’acteur raconte avoir visionné une grande quantité de films de guerre.

Il rappelle que La Switch n’est pas à proprement dit un film de guerre. Malgré tout, il voulait avoir bien en tête des images de combat et de violence, tout comme les vétérans canadiens.

François Arnaud est debout devant une maison en bois et fixe l'objectif de la caméra.

L'acteur François Arnaud sur le plateau de tournage du film « La Switch ».

Photo : Radio-Canada

Pour ses recherches, M. Arnaud a aussi rencontré des vétérans des FAC. Il souligne comment plusieurs de leurs témoignages étaient similaires. Il affirme avoir ressenti chez ces soldats une difficulté à s'adapter et à revenir au calme de la vie normale.

[Je dois avoir] beaucoup d'empathie pour quelque chose que je n'ai jamais vécu.

François Arnaud, acteur incarnant le rôle de Marc Leblanc, vétéran des Forces canadiennes

Le rôle de la communauté franco-ontarienne

Originellement écrit en langue anglaise, le film a finalement été tourné en français. L'action se déroule dans le Nord de l’Ontario.

Le réalisateur voulait ainsi amplifier l’effet d’isolement des vétérans en ajoutant l’obstacle de la langue pour son personnage. Celui-ci doit tenter d'exprimer sa détresse mentale dans une langue qu’il maîtrise moins bien.

Lothaire Bluteau s'adresse à la caméra lors d'une entrevue extérieure devant une maison en bois.

L'acteur Lothaire Bluteau joue un vétéran des Forces canadiennes.

Photo : Radio-Canada

M. Bluteau est Québécois. Pour lui, interpréter l'accent franco-ontarien est un défi agréable.

Il y a un sourire dans l'accent franco-ontarien. C'est comme s'ils s'excusaient d'être tristes. Je trouve ça très beau.

Lothaire Bluteau, acteur du film La Switch

Avec les informations de Sophie Houle-Drapeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !