•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rentrée en temps de pandémie à l’Assemblée législative du Nunavut

La façade extérieure de l'Assemblée législative.

Les ministres et les députés du Nunavut sont réunis en session spéciale dès lundi à l’Assemblée législative.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Les ministres et les députés du Nunavut sont de retour à l’Assemblée législative, lundi, pour une session spéciale qui aura la crise sanitaire comme inévitable trame de fond.

Avec l’annulation de la session de printemps, qui devait se tenir du 26 mai au 4 juin, le gouvernement et les députés auront du pain sur la planche au cours des prochains jours.

Nous avons beaucoup de choses à faire et nous espérons que tout fonctionne, affirme le leader par intérim du gouvernement, Lorne Kusugak.

Lorne Kusugak à l'assemblée législative du Nunavut.

Le leader par intérim du gouvernement du Nunavut et ministre des Services communautaires et gouvernementaux, Lorne Kusugak.

Photo : CBC / Beth Brown

Cette séance extraordinaire se clôturera le 29 septembre et laissera place à la session d’automne, au mois d’octobre. Les députés du Comité permanent de la législation étaient réunis la semaine dernière pour examiner les dépenses proposées pour le prochain exercice financier.

Distanciation physique, déplacements restreints en Chambre, sièges attitrés : la pandémie a redéfini la manière dont seront orchestrés les échanges entre les députés et les membres du gouvernement.

Nous n’avons jamais vécu cela avant. Donc, ce sera intéressant de voir comment tout s’organise, dit Lorne Kusugak.

Cap sur la pandémie

À l'ordre du jour, les ministres auront notamment à revenir sur les mandats spéciaux et les dépenses des derniers mois liés à la pandémie.

Lorne Kusugak cite notamment le financement octroyé aux compagnies aériennes et la Prime salariale des travailleurs et travailleuses essentiels du Nunavut (PSTEN).

Il y a aussi la question du coût des centres d’isolement, rappelle le député de la circonscription d’Iqaluit-Manirajak, Adam Arreak Lighstone.

En date du 31 août, le gouvernement territorial avait déboursé plus de 31 millions de dollars pour ces centres d’isolement situés à Ottawa, à Winnipeg, à Edmonton et à Yellowknife.

[Les centres d’isolement] sont importants parce qu’ils ont contribué à empêcher l’apparition de cas de COVID-19, mais je ne suis pas complètement convaincu qu’ils sont la seule et unique solution.

Adam Arreak Lighstone, député de la circonscription d'Iqaluit-Manirajak
Adam Arreak Lightstone à l'assemblée législative du Nunavut.

Le député de la circonscription d'Iqaluit-Manirajak, Adam Arreak Lightstone

Photo : CBC / Nick Murray

Selon lui, la mise en place de tests de diagnostic rapide serait une solution de rechange pour remédier aux coûts élevés des centres d’isolement.

Il ajoute aussi être en désaccord avec l’exemption de quarantaine accordée aux députés territoriaux et aux travailleurs de la chaîne d’approvisionnement. Je pense que le moment aurait été idéal pour que le secteur privé renforce le recrutement local, dit-il.

La députée de la circonscription de Rankin Inlet Nord-Chesterfield Inlet, Cathy Towtongie, en a elle aussi long à dire sur les centres d’isolement. Nous devons interdire l’alcool et les drogues aux résidents qui se déplacent pour des raisons médicales, explique-t-elle.

Contrairement à plusieurs communautés du territoire où l'alcool est prohibé, les centres d’isolement dans le sud du pays en autorisent l’achat et la consommation. Plusieurs interventions policières auprès de personnes en état d'ivresse ont d’ailleurs eu lieu dans ces établissements, notamment à Winnipeg.

Une femme en habit traditionnel inuit regarde des papiers sur son bureau à côté de collègues à l'Assemblée législative.

La députée de Rankin Inlet-Chesterfield Nord, Cathy Towtongie, à l'Assemblée législative, en 2019.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

De son côté, le président du caucus des députés ordinaires de l’Assemblée législative et député de la circonscription d’Arviat Nord-Whale Cove, John Main, se dit dans l’ensemble satisfait des mesures mises en place par le gouvernement territorial pour faire face à la crise sanitaire.

De manière générale, je suis assez fier de notre gouvernement et de la manière dont il s’est comporté. Il a pris rapidement des décisions difficiles [notamment] en instaurant les centres d’isolement, ce qui n’a pas été bien reçu, mais qui, selon, moi, était la bonne chose à faire, dit John Main.

John Main à l'Assemblée législative du Nunavut.

John Main est le président du caucus des députés ordinaires de l’Assemblée législative et député de la circonscription d’Arviat Nord-Whale Cove.

Photo : CBC / Beth Brown

D’autres sujets à l’ordre du jour

S’il est vrai que la pandémie a monopolisé l'attention du gouvernement territorial ces derniers mois, d’autres sujets restent toujours en suspens.

À l’heure actuelle, cinq projets de loi sont toujours à l’étude à l’Assemblée législative.

Parmi eux figure, entre autres, le projet de loi 25, qui vise à modifier la Loi sur l’éducation et la Loi sur la protection de la langue inuit, un projet de longue haleine dont l’objectif est de rendre le système d’éducation bilingue en y renforçant la présence de la langue inuit à tous les niveaux d’ici 2039.

Un cormoran sur une affiche.

Le gouvernement territorial travaille depuis plusieurs années sur la modernisation de son système d'éducation.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Il sera aussi question du projet de loi 35, visant à moderniser la Loi sur la santé mentale, qui devra passer en troisième lecture à la Chambre. Notre société doit trouver des manières de s'assurer que nous avons suffisamment de ressources pour faire face à la maladie mentale, affirme Cathy Towtongie.

Elle s’attend aussi à ramener sur la table le problème de la pénurie de logements auquel fait face le territoire depuis plusieurs années. Les problèmes du suicide et ceux liés à la santé mentale sont le résultat direct du manque de logements, dit-elle.

Le gouvernement territorial n’a pas encore annoncé les dates de la session d’automne.

Les nouveaux députés de Kugluktuk et de Baker Lake, Calvin Pedersen et Craig Simailak, seront présents pour la séance extraordinaire.

Avec les informations de John Eetuk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !