•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves du secondaire du Nouveau-Brunswick toujours sans ordinateur

Un garçon utilise un ordinateur portable sur une table de cuisine.

L'ordinateur portable est obligatoire au secondaire au Nouveau-Brunswick, notamment pour permettre aux élèves de poursuivre l'apprentissage à la maison en cas d'éclosion de COVID-19.

Photo : Associated Press / Seth Wenig

Wildinette Paul

Des élèves du secondaire du Nouveau-Brunswick ont entamé leur rentrée scolaire sans leur ordinateur portable, un outil désormais obligatoire. Ils sont en attente de leur appareil acheté par l’entremise de la firme IMP Solutions dans le cadre du programme de subvention provincial.

On est au courant que tous les élèves n’ont pas leur ordinateur portable, indique Monique Boudreau directrice générale du District scolaire francophone Sud (DSFS).

Monique Boudreau à l'extérieur, cheveux au vent.

Monique Boudreau, directrice du District scolaire francophone Sud, en juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Or, ces retards dans la réception des outils technologiques ne l'étonnent pas. Avec la pandémie, on sait qu’il y a une très forte augmentation de la demande. Pour ceux qui avaient commandé leur portable par l’entremise du programme de la province, explique-t-elle, on nous dit que les ordinateurs devraient arriver vendredi et dans certaines écoles, la semaine prochaine.

Selon Monique Boudreau, la distribution d’ordinateurs a également commencé dans certaines écoles.

Des élèves des districts scolaires francophones Nord-Est et Nord-Ouest sont également dans l'attente. On est conscient qu’il y a des jeunes qui n’ont pas encore accès à leur portable encore, soutient Gilles Lurette, directeur général à l'apprentissage au District scolaire francophone Nord-Est (DSFNE).

Mais la majorité de nos jeunes sont connectés avec leur enseignant et leur école via d’autres appareils électroniques comme le téléphone ou la tablette, ajoute-t-il.

5000 demandes au ministère

Par courriel, le ministère de l’Éducation indique avoir reçu environ 5000 demandes pour l’achat d’ordinateurs portables Dell fournis par IMP Solutions. Les appareils électroniques commandés au moyen du programme d’aide financière ont déjà commencé à être livrés aux écoles pour être distribués aux familles concernées.

Le ministère ajoute qu’il anticipait que tous les élèves n’auraient pas reçu un ordinateur pour le premier jour d'école. Il précise qu'en attendant un appareil a été prêté à ceux qui n’ont toujours pas eu leur portable et qui ont fait les démarches pour en obtenir un.

Environ 4000 ordinateurs portables devaient être livrés d’ici le 18 septembre, écrit le ministère de l’Éducation. Mais des familles, qui ont commandé un ordinateur le 10 septembre, ou avant, peuvent s’attendre à le recevoir d’ici le 25 septembre.

Ajustement dans les écoles

Aux élèves dont leur ordinateur n’est pas encore arrivé et même aux élèves qui, pour une quelconque raison, n’ont pas pu faire la demande de subvention, on est prêt à prêter des ordinateurs ou des tablettes. On a déjà commencé ce processus-là , affirme Monique Boudreau.

Des élèves devant des appareils portables.

Le ministère a offert un programme de subvention pour aider les familles à faibles et moyens revenus à faire l'achat d'un appareil portable.

Photo : Radio-Canada

Entre-temps, Mme Boudreau veut se faire rassurante : aucun élève ne sera pénalisé s’il n’a pas d’outil technologique. On continue de travailler avec les élèves. Les écoles ont leur plan B. Et les élèves sont certainement capables de poursuivre leurs apprentissages.

Il est donc possible que dans certaines classes l’utilisation des outils technologique n’ait pas encore commencé. Et c’est correct ça, souligne Monique Boudreau. On est habitué à apprendre avec crayons papier et avec nos livres nos manuels et on va continuer à le faire aussi.

Nos enseignants sont des maîtres dans l’adaptation de leur pratique, mentionne de son côté le directeur général à l'apprentissage au District scolaire francophone Nord-Est, Gilles Lurette. C’est certain qu’on va s’adapter pour que chacun des enfants fasse l'apprentissage qu’il a le droit de faire.

Il rappelle également que des appareils temporaires seront fournis aux élèves afin de rester branché à sa classe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !