•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan est officiellement en campagne électorale

« Les luttes intéressantes seront dans les régions urbaines, là où le NPD est plus compétitif », selon le directeur de l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'Assemblée législative de Regina.

L'Assemblée législative de Regina, théâtre de la politique provinciale en Saskatchewan.

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

Les Saskatchewanais sont officiellement plongés dans une campagne électorale. Elle se terminera le 26 octobre, jour où la population devra se rendre aux urnes pour élire le prochain gouvernement.

Six partis sont enregistrés auprès d’Élections Saskatchewan, soit le Parti saskatchewanais, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan, le Parti libéral de la Saskatchewan, le Parti progressiste-conservateur de la Saskatchewan, le Parti vert de la Saskatchewan et le Parti Buffalo, anciennement connu sous le nom de Wexit Saskatchewan.

Lors de la dernière journée de la session législative, l’Assemblée législative comptait 46 députés du Parti saskatchewanais, 13 élus du Nouveau Parti démocratique et 2 sièges vacants.

La composition de l'Assemblée législative de la Saskatchewan.

Le portrait des sièges à l'Assemblée législative de la Saskatchewan lors de la dernière journée de la session législative.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre, Scott Moe, à la tête du Parti saskatchewanais, était passé bien près de déclencher les élections au printemps dernier, mais son rival, Ryan Meili, chef du NPD, lui avait demandé de ne pas le faire en raison de la pandémie de COVID-19, qui venait juste de commencer.

Après avoir laissé planer le doute, Scott Moe avait choisi d’y renoncer, le 12 mars dernier.

De nombreux mois de préparation

De son côté, Élections Saskatchewan et son directeur général, Michael Boda, se préparent à la tenue du scrutin depuis quelques mois déjà.

En mai, des recommandations ont été envoyées à la province afin d’assurer le bon fonctionnement du processus démocratique à l’ère du coronavirus.

Puis, au milieu du mois d’août, Élections Saskatchewan a entamé la première étape de son processus en permettant aux électeurs de la province de s’inscrire pour voter par voie postale.

Élections Saskatchewan reconnaissait également l’énorme défi de mener une campagne électorale dans un contexte de pandémie. L'organisation s’était aussi donné pour mission d’éviter un cafouillage comme celui du Parti conservateur du Canada pour sa course à la direction, tenue à la fin du mois d’août.

Pour éviter de voir des machines endommager des milliers d’enveloppes contenant des bulletins de vote, Élections Saskatchewan a choisi d’opter pour une autre stratégie le soir du 26 octobre : compiler les votes à la main.

Les circonscriptions à surveiller

Sur les 61 circonscriptions de la Saskatchewan, certaines luttes s’annoncent plus serrées, selon Daniel Béland, directeur de l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill. Mais ces courses se feront dans les villes et entre les deux principaux partis, ce qui laissera bien peu de place à la surprise, estime-t-il.

Les luttes intéressantes seront dans les régions urbaines, là où le NPD est plus compétitif.

Daniel Béland, directeur de l'Institut d'études canadiennes de l'Université McGill

À Saskatoon, par exemple, deux vétérans du NPD, Cathy Sproule et David Forbes, ont annoncé leur retrait de la vie politique.

Leurs circonscriptions respectives, Saskatoon Nutana et Saskatoon Centre, deux châteaux forts néo-démocrates, seront à surveiller le soir du scrutin, selon Daniel Béland.

Le NPD tentera de sauver les meubles et de faire quelques gains, mais on peut s’attendre à une autre vague du Parti saskatchewanais, estime le spécialiste.

Daniel Béland reconnaît néanmoins que des enjeux importants seront abordés pendant la campagne électorale, comme le ralentissement économique dû à la pandémie, le déficit de la Saskatchewan et le spectre de l’austérité, ainsi que la santé et l’éducation.

Une première campagne pour les deux chefs

Pour Scott Moe et Ryan Meili, les élections provinciales de 2020 seront leurs premières en tant que chef de parti.

Lors des dernières élections provinciales, en avril 2016, le Parti saskatchewanais dirigé par Brad Wall avait obtenu un troisième mandat d'affilée. Il avait alors obtenu 51 des 61 circonscriptions de la province et 62,5 % du vote populaire.

La soirée s’est avérée bien différente pour le NPD, qui n’a remporté que 10 comtés. Le chef de l'époque, Cam Broten, a d'ailleurs été défait dans sa propre circonscription.

Celui-ci n’a d’ailleurs pas tardé à mettre fin à sa carrière politique, ce qui a déclenché une course à la direction du parti. Le député de Saskatoon Meewasin, Ryan Meili, l'a par la suite emporté.

En août 2017, le premier ministre Brad Wall a annoncé sa démission. Scott Moe lui a succédé en février 2018.

Élections Saskatchewan 2020

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !