•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bois brûlé à Chute-des-Passes déjà attaqué par les insectes

Produits forestiers Résolu, Arbec et la Coopérative forestière de Petit Paris prévoient que la valeur du bois récupéré sera moins importante.

Un camion transporte du bois brûlé.

Cet engin sert à transporter le bois au lieu voulu.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gilles Munger

Les entreprises forestières qui récupèrent le bois brûlé dans le secteur de Chute-des-Passes durant l’été constatent un phénomène inhabituel. Les larves de longicorne noir ont déjà commencé à ravager les billes de bois, ce qui risque d’entraîner des pertes financières.

L'incendie a détruit 60 000 hectares de forêt et a duré 63 jours. En temps normal, les dommages causés par l'insecte auraient dû apparaître seulement l'an prochain.

On voit déjà des signes du longicorne, on voit du bran de scie qui est rentré, on en voit au pied de l'arbre aussi.

Guillaume Bouchard, surintendant aux opérations forestières de Produits forestiers Résolu
Du bran de scie au sol.

Le bran de scie au pied des arbres indique que les larves du longicorne ont déjà commencé à ravager le bois sous l'écorce brûlée.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Guillaume Bouchard en est à sa quatrième ou cinquième récolte dans un parterre de coupe affecté par le feu. Il n'avait jamais jamais vu les larves attaquer le bois aussi vite. Normalement quand la chenille rentre, c'est souvent dans le printemps d'après qu'on voit qu'il y a plus de trous.  Ça prend presque un an au complet.

Le directeur de la foresterie et des opérations forestières pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Mauricie chez PFR, Sylvain Goulet, ajoute que le bois a déjà commencé à perdre de la valeur à ce stade. On voit vraiment une dégradation dans la qualité la fibre qu'on va scier à l'usine.

Trois hommes regardent une pile de bois brûlé.

Le surintendant aux opérations forestière pour PFR, Guillaume Bouchard (au centre), discute avec des collègues en forêt, dont Sylvain Goulet, responsable de la foresterie et des opérations forestières pour la compagnie.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Pour n'importe qui qui va aller à la quincaillerie acheter des deux par quatre avec des trous de vers dedans, il ne l'achètera pas. Il faut que ce soit vendu pour des usages particuliers.

Sylvain Goulet, directeur de la foresterie et des opérations forestières Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Mauricie, PFR

Bois plus petit

Puisque les parterres de coupe actuels avaient déjà été récoltés il y a une quinzaine d'années, le bois qui a brûlé cet été n’était pas à pleine maturité. Il est de plus petite taille que pour une récolte habituelle, ce qui réduit la rentabilité autant pour Produits forestiers Résolu que pour les propriétaires de machinerie.

C'est plus difficile au niveau de la rentabilité de l'entrepreneur parce que ce sont des gens qui sont rémunérés au volume qu'ils génèrent , indique Guillaume Bouchard.

Nous autres on a des coûts fixes puis il faut que ça gagne tant de l'heure une machine, explique le co-propriétaire de l’entreprise Multi R.S., Rémi Simard. Tout ce qu'on veut, c'est que ça gagne la même chose que notre average (moyenne) à l'année.

Le directeur général de la Coopérative forestière Petit Paris, Alain Paradis, affirme que la situation est particulièrement difficile pour son entreprise. Tout l’approvisionnement forestier de la scierie de Saint-Ludger-de-Milot de la prochaine année provient du secteur brûlé, ce qui fait que si le gouvernement ne révise pas les crédits accordés aux scieries, la coopérative risque d’être déficitaire.

Produits forestiers Résolu, Arbec et la Coopérative forestière Petit Paris prévoient déjà négocier avec Québec pour améliorer les compensations prévues par le gouvernement pour récolter le bois touché par l’immense feu de forêt de Chute-des-Passes.

Pour du bois parfaitement sain, le gouvernement exige des redevances de 15 $ à 18 $ du mètre cube dans ce secteur de Chute-des-Passes. Il avait prévu jusqu’à présent rembourser 5,95 $ en crédits pour compenser les pertes associées au feu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !