•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan de COVID-19 s'alourdit de 12 cas dans le Bas-Saint-Laurent

Un technicien de laboratoire manipule un spécimen à tester pour la COVID-19.

Le Bas-Saint-Laurent a le plus haut taux de cas actifs de la province.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Légère hausse dans le nombre de nouveaux cas quotidiens alors que le Bas-Saint-Laurent enregistre 12 cas supplémentaires, portant son bilan à 234 personnes infectées depuis le début de la pandémie.

La majorité de ces nouveaux cas se trouvent dans les municipalités régionales de comté (MRC) de Témiscouata, de Rivière-du-Loup et de Rimouski-Neigette.

Cas par MRC :

  • La Matapédia : 14 cas
  • La Matanie : moins de 5 cas
  • La Mitis : 5 cas
  • Rimouski-Neigette : 40 cas (+2)
  • Les Basques : moins de 5 cas
  • Rivière-du-Loup : 93 cas (+3)
  • Témiscouata : 22 cas (+5)
  • Kamouraska : 53 cas (+1)
  • À déterminer : 1 cas

Par ailleurs, le centre de services scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup a confirmé qu'un élève de l'école primaire Saint-Philippe, à Saint-Philippe-de-Néri, avait contracté la COVID-19.

Ce cas est considéré à risque très faible par la Santé publique puisque les parents ont été proactifs en gardant leur enfant à la maison rapidement et en respectant les consignes, précise le centre de services scolaire sur sa page Facebook. Dans cette optique, la situation ne nécessite aucun isolement de groupes d’élèves.

Le Bas-Saint-Laurent compte 95 guérisons et déplore deux décès depuis le début de la pandémie. Aucune hospitalisation n’est recensée en lien avec la COVID-19.

La santé publique a également procédé à 857 dépistages dans les dernières 24 heures.

« Phénomène de résistance »

La santé publique du Bas-Saint-Laurent déplore au passage ce qu’elle nomme un phénomène de résistance de la part de certaines personnes atteintes de la COVID-19.

En entrevue sur les ondes de RDI, le directeur de la santé publique, le Dr Sylvain Leduc, indique qu’au fur et à mesure de discussions à l’interne il est en mesure d’avancer qu’un cas sur cinq est plus laborieux que les autres.

Il y a certainement un pourcentage [de cas difficiles] qui s’apparente à 20 % dans notre région, affirme-t-il.

Cette résistance ressemble très souvent à une forme de négligence, ajoute-t-il, et comprend des gens de tous les âges.

Il y a encore une forme de pédagogie à faire et ça peut paraître drôle à entendre parce que ça fait six mois qu’on en parle de ce virus-là, croit-il.

Selon le médecin, les patients atteints de la COVID-19, particulièrement les personnes asymptomatiques, ont de la difficulté à concevoir qu’elles puissent quand même développer d’autres symptômes et contaminer d’autres personnes.

Il y a des gens qui ont de la misère à se projeter dans quelques jours et quelques semaines. Ils s’arrêtent à comment ils se sentent maintenant, note-t-il.

En ce moment, le Bas-Saint-Laurent a le plus haut taux de cas actifs au Québec et plusieurs s'inquiètent de son passage à une zone d'alerte modérée au cours des prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !