•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec dévoile la composition de ses comités de développement régional

Une ferme au Bas-Saint-Laurent

Le rôle de ces comités sera d'identifier des entreprises locales et de les mettre en lien avec des experts d'Investissement Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Radio-Canada

Trois comités spécialisés en développement régional ont été récemment formés au Bas-Saint-Laurent, sur la Côte-Nord et en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine afin de mieux cerner les besoins économiques propres à l'Est-du-Québec.

Avec la création de ces comités dans chaque région, le gouvernement Legault espère mieux soutenir les entrepreneurs, faciliter leurs projets d'investissement et réduire les démarches d'accès aux programmes de financement, affirme le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, par voie de communiqué.

Ces comités sont respectivement formés d’une douzaine de membres représentatifs de l'écosystème économique local, explique Investissement Québec (IQ) dans ce même communiqué.

Ces gens-là connaissent le tissu entrepreneurial de leur région. Il y a des discussions informelles qui ont lieu dans des chambres de commerce ou entre des individus et on veut s'assurer que ces discussions sont amenées au comité de développement régional, ajoute pour sa part le président-directeur général d’IQ, Guy Leblanc.

Toujours selon IQ, ces comités auront quatre objectifs à remplir : cibler les entreprises qui ont un potentiel de retombées importantes dans leur milieu , mettre ces entreprises en lien avec les experts d’IQ, trouver et développer des projets susceptibles d'accroître le développement économique de la région et proposer les priorités annuelles d'investissement pour leur région.

À travers le Québec, ce sont 17 comités qui ont été formés avec 300 experts dans toutes les régions administratives de la province.

Cette nouvelle structure sera complémentaire à celles déjà existantes, comme les chambres de commerce, note pour sa part Élizabeth Blais, membre du comité de la Côte-Nord.

C'est sûr qu'il y a plein d'autres tables, mais de travailler directement avec un comité restreint, directement avec Investissement Québec, c'est vraiment agréable parce que là, on est proche du décisionnel, estime-t-elle.

Ces comités ont été mis en branle dans la foulée de la vaste réforme d’Investissement Québec entamée l'été dernier par le gouvernement Legault, qui souhaite faire de l'organisation un véritable moteur complet pour le développement économique du Québec.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !