•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La transition de la PCU à l’assurance-emploi risque de mener à des retards de paiements

Un homme devant un ordinateur.

La Prestation canadienne d'urgence (PCU) prendra fin le 27 septembre. D'autres programmes d'aide, dont l'assurance-emploi, doivent prendre la suite.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La fin de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), dans un peu plus d’une semaine, fait craindre que de nombreux Canadiens perçoivent moins, voire plus du tout d’aide gouvernementale.

Bien que la plupart des bénéficiaires de la PCU, qui s’achève le 27 septembre, seront admissibles à une autre aide gouvernementale, beaucoup devront soumettre une nouvelle demande.

Après cette transition, près d'un demi-million de personnes ne bénéficieront d'aucune aide gouvernementale, selon David Macdonald, économiste principal au Centre canadien de politiques alternatives.

Il indique que le passage à un système basé sur l'assurance-emploi nuira financièrement à des millions de Canadiens, car ils gagneront moins que les 500 dollars par semaine qu'ils gagnent grâce à la PCU.

Environ les trois quarts des gens verront moins que ce qu'ils ont obtenu avec la PCU, soit parce qu'ils recevront un autre montant inférieur à 500 dollars par semaine, soit parce qu’ils n’obtiendront rien.

David Macdonald, économiste

Selon lui, la PCU est un programme d'accès rapide, plus généreux pour la plupart des gens que l'assurance-emploi et qui couvre beaucoup plus de personnes que l'assurance-emploi n'en avait jamais couvert.

Elle est alors devenue une des principales raisons pour lesquelles les taux de dépenses de consommation sont restés stables tout au long de la pandémie, renchérit-il.

David Macdonald.

David Macdonald, économiste principal au Centre canadien de politiques alternatives, dit que beaucoup de Canadiens ne profiteront pas des prestations auxquelles ils ont droit en raison de la confusion entourant la transition de la PCU à l'assurance-emploi.

Photo : CBC / (Laura McQuillan

À mesure que ces avantages commenceront à diminuer, des millions de Canadiens verront leur budget personnel resserré. Ce que cela signifie également, c'est qu'ils vont réduire leurs propres dépenses dans l'économie et nous verrons sans aucun doute un coup dur sur les dépenses des ménages en général.

L’incertitude pèse sur les épaules de Brad Phillips, qui redoute la fin de la prestation.

Cela signifiait tellement pour moi. Cela signifiait que je pouvais payer mes factures, je pouvais mettre de la nourriture dans mon réfrigérateur, dit ce bénéficiaire.

Il y a beaucoup de zones grises avec les nouveautés, dit Brad Phillips, qui espérait que la PCU soit prolongée.

Avant la pandémie, le trentenaire travaillait dans un atelier automobile en tant que technicien mécanique. Il n'a pas été rappelé au travail depuis la réouverture de la petite entreprise.

Manque de clarté pour les bénéficiaires

J'étais à la maison pendant le premier mois avant qu'ils n'annoncent la création de la PCU. Honnêtement, je ne savais pas ce que nous allions faire. Je ne savais pas comment nous allions payer nos factures, se souvient-il. Ma femme travaille, mais de nos jours, vous ne pouvez pas vivre avec une seule paie. Ce n'est tout simplement pas possible dans l'économie d'aujourd'hui.

La PCU signifiait qu’il n'aurait pas à retourner vivre avec ses parents. Maintenant que le programme touche à sa fin, cependant, il s'attend à être admissible à l'une des nouvelles prestations du gouvernement fédéral, mais il n'en est pas sûr à 100 %, notamment parce qu’il éprouve des difficultés à obtenir une réponse claire de la part des services fédéraux.

Honnêtement, il faut vraiment leur tirer les vers du nez. L'ARC (Agence du revenu du Canada, responsable de la distribution des prestations fédérales) ne veut pas vous donner les réponses dont vous avez besoin. Ils tournent autour du pot, a-t-il dit.

Chaque fois que la PCU avait du retard, j'appelais huit fois et j'obtenais huit réponses différentes sur ce qui se passait.

Selon le site Internet du gouvernement, les personnes qui reçoivent des prestations de Service Canada passeront automatiquement au programme d'assurance-emploi une fois qu'elles auront reçu le maximum des prestations de la PCU.

La transition ne sera pas automatique

Les personnes recevant la prestation qui croient être admissibles à l'assurance-emploi ne verront pas leur demande transmise automatiquement. Elles devront présenter une demande à Service Canada après le 26 septembre.

L’économiste David Macdonald estime que cette méthode de transition est source de confusion.

Ce n'est qu'un exemple pour ces gens qui ne savent pas exactement où ils vont aller par la suite, à quels programmes ils devraient postuler, quand ils devraient en faire la demande, souligne-t-il. Ces nouveaux programmes de relance du Canada ne sont même pas encore des lois. Ils ne seront pas adoptés avant le retour de la Chambre des communes.

Il y a une période de quatre jours entre le moment où la Chambre revient et le moment où la PCU se termine pour que tous ces nouveaux programmes soient créés et que tous leurs sites Web soient ensuite opérationnels. Donc, ce sera une période compliquée pour les Canadiens qui essaient de basculer, d'autant plus que bon nombre de ces programmes n'ont même pas encore été créés - et c'est donc une véritable recette de confusion et de prestations manquées.

Appel à un fonctionnement de l'assurance-emploi sur l'honneur

M. Macdonald demande que l'assurance-emploi passe à un système fondé sur l'attestation sur l’honneur, à l’image du fonctionnement de la PCU. En d'autres termes, pour le premier paiement, les demandeurs pourraient simplement cocher une case pour indiquer qu'ils sont admissibles à l'assurance-emploi.

Dans les mois à venir, les candidats pourraient alors organiser leurs documents et soumettre des informations comme ils le feraient normalement dans le cadre du système d'assurance-emploi pour recevoir les paiements suivants.

C'est ainsi que fonctionnait la PCU. Il vous suffit de cocher une case sur un site Web indiquant que vous êtes éligible. L'assurance-emploi ne fonctionne pas de cette façon, mais elle pourrait [le faire], renchérit-il, ajoutant que cela réduirait l'afflux initial de personnes qui feront la transition entre la PCU et les nouveaux programmes de prestations.

Sortons l'argent rapidement et vérifions ensuite la paperasse.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !