•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas présumé de COVID-19 à la mine Mary River, au Nunavut

Il s’agit d’un employé asymptomatique qui a reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 en arrivant sur le site minier.

La mine de fer vue du ciel.

Neuf employés de la mine de fer Mary River ont été placés en quarantaine au Nunavut.

Photo : Baffinland Iron mines Corporation

Radio-Canada

Les autorités sanitaires du Nunavut confirment avoir détecté un cas présumé de COVID-19 sur le site de sa mine de fer Mary River, dans l’est du Nunavut.

Il s’agit d’un employé asymptomatique qui a reçu un résultat positif en arrivant sur le site minier, a dit Baffinland dans un communiqué de presse, jeudi soir.

L’employé se trouve actuellement en isolement. L’entreprise indique avoir lancé des procédures de recherches de contacts pour déterminer s’il y a des risques possibles de transmission.

Tous les employés se portent bien et sont asymptomatiques, a précisé la compagnie minière.

Les autorités sanitaires affirment avoir été informées de ce cas présumé mercredi.

« Les écouvillons de la mine ont été envoyés à Iqaluit pour un test de dépistage, où ils ont également donné un résultat positif le 17 septembre », précise le responsable des communications du ministère de la Santé, Chris Puglia, dans un échange de courriels.

L’Hôpital général de Qikiqtani d’Iqaluit dispose depuis peu d’une nouvelle technologie de diagnostic de la COVID-19, mais les autorités envoient tout de même systématiquement les écouvillons dans un laboratoire du sud du pays à des fins de contre-vérification.

Le site de la mine Mary River dispose quant à lui de la technologie de diagnostic élaborée par GuardRX, un groupe de scientifiques à but non lucratif qui dispose de son propre laboratoire sur plusieurs sites miniers.

Jusqu’à maintenant, l’entreprise a procédé à 9250 tests de diagnostic à la mine Mary River, qui est située à 176 kilomètres au sud-ouest de Pond Inlet.

Tous les employés sont testés à leur arrivée sur le site et cinq jours plus tard, indique Baffinland. Cela nous permet de détecter des cas asymptomatiques ou des infections durant leur période d’incubation.

Faibles risques de transmission communautaire, selon le gouvernement

L’entreprise Baffinland assure avoir maintenu une politique stricte pour empêcher tout contact entre les travailleurs miniers et les résidents du Nunavut.

Les risques communautaires de transmission demeurent faibles. Les employés de Baffinland n’ont eu aucun contact avec des communautés du Nunavut depuis le mois de mars, assure en effet un porte-parole du ministère de la Santé.

Il s’agit du quatrième cas présumé de COVID-19 détecté à la mine Mary River. Les trois précédents se sont plus tard révélés négatifs.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !