•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entente sur le logement social bien accueillie, mais les maires veulent les détails

Pancarte de logement à louer sur un balcon.

Une entente annoncée par Ottawa et Québec permettra de financer la construction de nouveaux logements sociaux.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les maires de Montréal, de Québec et de Gatineau saluent l'entente de principe sur le financement du logement social conclue jeudi entre Québec et Ottawa, mais rappellent qu'il reste encore du chemin à franchir pour répondre aux besoins criants.

L'accord, dont on ne connaît pas encore les détails, permettra de débloquer des fonds fédéraux figés depuis trois ans pour financer la construction de nouveaux logements sociaux au Québec.

La mairesse Valérie Plante n’a pas manqué de rappeler qu’à Montréal, 150 000 ménages attendent toujours un logement adéquat et abordable.

Même si les Villes continuent d’agir et d’investir massivement dans le dossier du logement, nous ne pouvons pas y arriver seules.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Régis Labeaume, maire de Québec, qui a lui aussi loué l’entente, mise maintenant sur un effort concerté de tous les niveaux de gouvernement.

La Ville de Québec souhaite aller de l’avant le plus rapidement possible avec des projets bénéficiant à des clientèles vulnérables comme les itinérants, les jeunes sortant des services de protection de la jeunesse et les personnes vivant avec un handicap.

Régis Labeaume, maire de Québec

M. Labeaume, tout en se félicitant des avancées enregistrées dans les discussions, a tenu à réitérer son message aux gouvernements provincial et fédéral.

C’est nous qui savons où sont les gens dans les communautés. […] Laissez-nous faire nos choix, ne décidez pas à notre place, a-t-il dit.

On va rester prudent

Plus prudent, Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau et président du caucus des maires des grandes villes pour l’Union des municipalités du Québec, a dit attendre de voir les détails de l’entente avant de trop célébrer.

Mais l’important, c’est que nous aurons 1,7 milliard de dollars de plus au Québec pour construire de nouveaux logements pour les personnes qui en ont le plus besoin.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Cette injection de nouveaux fonds, a-t-il dit, sera particulièrement bienvenue à Gatineau, où nous vivons une crise du logement sans précédent, où les loyers sont les plus élevés au Québec et où nous peinons actuellement à boucler le montage financier de plusieurs projets de logements sociaux et communautaires parce que nous manquons de fonds.

Chaque dollar investi dans la réalisation de projets d’habitation communautaire génère des retombées économiques de 2,30 $ dans le secteur de la construction, a rappelé M. Pedneaud-Jobin.

Le maire de Gatineau a indiqué que la liste d’attente pour les HLM dans sa ville est déjà longue de plus de 1000 demandes. Le logement est fondamental pour lutter contre la pauvreté, a-t-il ajouté.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Pas assez, selon l’AGRTQ

L’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ), qui s'est félicitée elle aussi de cette entente de principe, a fait remarquer dans un communiqué que Montréal, Québec et Gatineau ne sont pas les seules à demander un investissement rapide dans le logement communautaire et social.

Les sommes nécessaires pour répondre aux véritables besoins en logement sont beaucoup plus élevées.

L'Association des groupes de ressources techniques du Québec

Selon l’AGRTQ, les Groupes de ressources techniques (GRT) du Québec attendent des investissements rapidement afin de réaliser les 180 projets soutenus par ses membres et construire les 10 000 logements nécessaires au Québec.

Le programme AccèsLogis, en vigueur depuis 1996 au Québec, vise à favoriser la réalisation de logements sociaux et communautaires pour les ménages à revenu faible ou modeste, ou encore pour des clientèles qui ont des besoins particuliers en habitation.

Toutefois, ce modèle de développement, qui fait consensus auprès des partenaires de partout à travers la province, doit aujourd’hui être renfloué, selon les Villes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !