•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : « c’est le temps de donner des amendes », estime Jim Watson

Jim Watson portant un masque dans l'hôtel de ville d'Ottawa.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson. (archives)

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Le maire d’Ottawa accueille favorablement les mesures présentées par le premier ministre de l’Ontario jeudi pour resserrer les rassemblements dans trois régions de la province. Au Québec, plus de 1000 bars, restaurants et autres salles de réception recevront la visite de policiers en fin de semaine

Le premier ministre Doug Ford a annoncé jeudi une réduction des tailles des rassemblements privés autorisés à Toronto, Peel et Ottawa. Un maximum de 10 personnes pourront participer à un événement à l'intérieur et 25, à l'extérieur.

En entrevue à l'émission Les matins d'ici, le maire Watson a dit que les grands rassemblements sont inacceptables alors que les cas de contamination à la COVID-19 continuent d'augmenter à Ottawa.

Un rassemblement de 50 personnes c’est trop et 100 personnes sur une terrasse [privée] ce n’est pas acceptable. Nous le voyons en ce moment, la plupart des problèmes pour la santé publique sont des fêtes privées dans les résidences.

Jim Watson, maire d’Ottawa

Le gouvernement impose par ailleurs des amendes minimales de 10 000 $ pour ceux qui organiseront des événements illégaux.

Doug Ford qui porte un masque.

Le premier ministre Doug Ford a annoncé jeudi une réduction des tailles des rassemblements privés autorisés à Toronto, Peel et Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Les participants à ces rassemblements non autorisés pourront, eux, écoper d'amendes de 750 $.

C’est la fin de l’éducation, c’est le temps de donner des amendes pour arrêter l'augmentation des cas à Ottawa.

Jim Watson, maire d’Ottawa

Le premier ministre de l'Ontario Doug Ford et celui du Québec, François Legault sont de passage à Ottawa vendredi en prévision du discours du Trône prévu le 23 septembre.

Les premiers ministres provinciaux cherchent du nouveau financement pour les travailleurs de première ligne, pour relancer l'économie et investir dans les infrastructures.

En marge de cette rencontre, le premier ministre ontarien doit également faire le point sur l'état de la situation de la pandémie dans la capitale fédérale, avec le maire Watson et la médecin en chef de Santé publique Ottawa (SPO), Vera Etches.

Si vous avez un voisin qui organise une grande fête, c’est dangereux pour votre santé et pour la sienne. Appelez le 311 et un agent de règlements municipaux va vérifier s’il a brisé la loi, conclut le maire Watson.

Au Québec, les bars des zones jaunes visés par les autorités

Alors que l'Ontario serre la vis sur les rassemblements, les autorités du Québec visent les bars et les restaurants.

Plus de 1000 bars, restaurants et autres salles de réception du Québec recevront la visite de policiers en fin de semaine, dans le cadre d'une opération visant à s’assurer du respect des consignes sanitaires pour la COVID-19.

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, a annoncé vendredi avant-midi les détails de cette opération, baptisée OSCAR (Opération systématisée comportements à risque).

L'opération touchera des établissements licenciés de partout au Québec, mais les policiers porteront une attention particulière aux établissements qui se trouvent dans des zones jaunes (préalerte).

Ces régions, qui comprennent 75 % de la population du Québec, sont Montréal, Laval, Québec, Chaudière-Appalaches, l'Outaouais, la Montérégie, l'Estrie et le Bas-Saint-Laurent.

Si des activités qui se déroulent dans un établissement représentent une menace à la santé, les corps policiers pourront effectuer un signalement à la santé publique qui prendra les mesures jugées nécessaires, a dit la ministre Guilbault en point de presse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !