•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Halloween et COVID-19 : des parents et des municipalités s’interrogent

Trois enfants costumés.

Sadie Haines, son amie Aurora Maclean et son frère Ryan. Les enfants de la famille Haines ne feront pas du porte-à-porte à l’Halloween cette année, affirme leur mère Katie Haines.

Photo : Gracieuseté/Katie Haines

Radio-Canada

Au moins une municipalité au Nouveau-Brunswick a déjà décidé d'interdire le porte-à-porte durant la prochaine Halloween tandis que les autres réfléchissent ou attendent les recommandations de la santé publique.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Faire du porte-à-porte pour des friandises ne semble pas approprié durant la pandémie, selon Katie Haines, mère de deux enfants à Bloomfield qui a décidé de s’en abstenir cette année. Ce serait, dit-elle, contraire à toutes les mesures de précaution que la population prend depuis six mois. Mme Haines croit que les autorités devraient interdire le porte-à-porte dans toute la province cette année.

Certains conseils municipaux se demandent aussi s’il est prudent d’autoriser le porte-à-porte cet automne. Celui de Woodstock a déjà adopté, mardi, une motion qui restreint cette activité, indique le maire Arthur Slipp. Les préoccupations de ses concitoyens ont mené à cette mesure. Beaucoup ne se sentent pas à l’aise d’accueillir du monde chez eux ces temps-ci, explique-t-il.

Le Service des loisirs de Woodstock travaille avec des organismes communautaires pour trouver une solution de rechange au porte-à-porte, ajoute le maire Slipp. L’une des solutions envisagées est d’organiser un service au volant.

Des enfants devant des citrouilles.

La célébration de l'Halloween a lieu le 31 octobre. La santé publique au Nouveau-Brunswick prépare des recommandations pour que la population célèbre l'occasion en sécurité durant la pandémie.

Photo : CBC

La Ville de Moncton, pour sa part, attend de recevoir l’avis des autorités provinciales pour prendre une décision, selon la directrice des communications, Isabelle LeBlanc. Moncton, Dieppe et Riverview veulent formuler un plan commun en la matière, souligne-t-elle.

À Saint-Jean, de nombreux citoyens s’interrogent au sujet de l’Halloween, selon le maire Don Darling. Il aimerait que la santé publique présente des recommandations à ce sujet. Si la décision est laissée aux municipalités, il craint que cela entraîne beaucoup de confusion dans la province. Le maire se demande si les municipalités ont le pouvoir d’interdire le porte-à-porte.

Les municipalités ont en effet le pouvoir d’établir des règles sur l’Halloween par un arrêté municipal en vertu de la Loi sur la gouvernance locale, explique un porte-parole du Bureau du conseil exécutif du Nouveau-Brunswick, Jean Bertin. Des municipalités ont déjà imposé dans le passé des couvre-feux sur le porte-à-porte lors de l’Halloween en vertu de cette loi, souligne-t-il.

Bientôt des recommandations

Les autorités provinciales préparent une liste de recommandations pour que les gens célèbrent l’Halloween en sécurité, confirme le directeur des communications du ministère de la Santé, Bruce Macfarlane.

Les recommandations seront publiées plus tard ce mois-ci. Elles seront basées sur les meilleures informations disponibles et elles pourront être adaptées au niveau de l’état d’urgence qui sera en vigueur le jour de l’Halloween, explique M. Macfarlane.

L’Halloween cet automne tombe un samedi, un soir de pleine lune et de changement d’heure. Katie Haines ajoute que ses enfants vont quand même se costumer pour l’occasion, recevoir des friandises et célébrer la fête en famille avec quelques amis, mais qu’ils n’iront pas rendre visite à des étrangers.

Avec les renseignements de Mia Urquhart, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !