•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurie Blouin part en Europe sans savoir s'il y aura une saison

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Laurie Blouin

Laurie Blouin (Photo: La Presse canadienne/Jonathan Hayward)

Photo : Radio-Canada

Laurie Blouin trépigne d’impatience à l'idée de retrouver la neige. Après près de six mois sans pratiquer son sport, la plus longue pause de sa carrière, la planchiste de Stoneham s’envole vers la Suisse pour préparer une saison… qui pourrait ne jamais avoir lieu.

J’ai vraiment hâte. Ça va être un drôle de sentiment de retrouver la neige, mais je suis confiante. Il y a un petit stress, mais c’est un bon stress, lance l’athlète de 24 ans.

Samedi, elle quittera pour Saas Fee, dans les Alpes suisses, pour un camp d’entraînement d’un mois avec l’équipe canadienne. Contrairement à son habitude, Blouin n’a pas pu faire de voyage de planche à neige, cet été. C’est donc uniquement sur une rampe et un immense coussin gonflable, au centre Maximise, dans les Laurentides, qu’elle s’est entraînée.

Ça va faire du bien, en Suisse, de vraiment reprendre les bases. Refaire tous mes sauts que je faisais il n’y a pas si longtemps, lance-t-elle.

Laurie Blouin en entrevue devant la montagne à Stoneham.

L'incertitude règne dans le monde du sport. Malgré tout, Laurie Blouin se rendra en Europe pour préparer sa saison.

Photo : Radio-Canada

Pas trop d’espoir pour la saison

Reste à voir, maintenant, si elle pourra exécuter ses sauts en compétition cet hiver. Déjà, la pandémie a forcé l’annulation du US OPEN et des premiers événements de la Coupe du Monde. La tenue des X-Games, où Laurie Blouin est une multiple médaillée, et du Dew Tour, est aussi incertaine.

Laurie Blouin en slopestyle aux mondiaux de Park City

Laurie Blouin en slopestyle aux mondiaux de Park City

Photo : Getty Images / Ezra Shaw

La planchiste assure toutefois qu’elle ne manquera pas de motivation, peu importe son calendrier de compétitions. Elle voit même d’un bon oeil un hiver où elle aurait tout le temps voulu pour s’entraîner.

C’est positif parce qu’on a jamais assez de temps pour s’entraîner entre les compétitions., explique-t-elle, ajoutant que l’apprentissage d’un nouveau saut doit souvent se faire en quelques jours.

Des questions sur la qualification olympique

Puis Laurie Blouin assure qu’elle trouvera rapidement des projets de films de planche à neige à tourner au Canada si son horaire le permet cet hiver. L’idée de faire du hors-piste au Labrador lui trotte notamment dans la tête.

Là où les choses se compliquent, admet-elle, c’est en ce qui a trait aux Jeux olympiques de 2022. Médaillée d’argent à Pyeongchang, en 2018, Laurie Blouin a bien l’intention de remettre cela à Pékin.

Or, ce sont les résultats sur le circuit de la Coupe du Monde, cette saison, qui doivent permettre aux athlètes de se qualifier pour les Jeux d’hiver.

Je ne sais pas ce qu’il va arriver s’il n’y a pas de compétitions cette année. Comme ce sont les qualifications, est-ce qu’ils vont reporter les Olympiques? On n'est vraiment au courant de rien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !