•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séance publique d'information sur un controversé projet de sablière

Une vue aérienne de la zone délimitée de la sablière.

La Sablière Claude Grenier et fils doit s'établir sur des terres agricoles, entre les 3e et 4e rangs.

Photo : Radio-Canada | Google Earth

Radio-Canada

Une séance d'information publique s'est tenue mercredi soir devant une cinquantaine de citoyens concernant un controversé projet de sablière à Saint-Étienne-des-Grès.

La sablière Claude Grenier et Fils doit s’établir sur des terres agricoles, entre les 3e et 4e rangs. Une pétition a été lancée par les citoyens mécontents qui estiment que la municipalité et l’entrepreneur ont manqué de transparence.

Les résidents du secteur s'inquiètent de perdre la tranquillité qu’ils croyaient avoir acquise en élisant domicile à cet endroit. C'est d'ailleurs des craintes qui ont été maintes fois répétées lors de la séance publique.

On ne peut pas passer outre ce qui vient avec le fait de vivre à côté d'une sablière. Elle va être la voisine immédiate du quartier résidentiel. C'est le va-et-vient des camions, la poussière et le bruit, souligne une résidente du quartier, Marie Berthiaume.

Celle-ci affirme que les élus ont tenté de rester neutres. Le projet a toutefois déjà été approuvé par le conseil municipal et doit maintenant passer l'étape de l'approbation de la Commission de la protection du territoire agricole du Québec.

Eau potable

Les résidents de ce secteur de Saint-Étienne-des-Grès n'ont pas accès au réseau d'aqueduc et d’égouts de la municipalité. Ils ont ainsi des puits et s'inquiètent qu'en creusant, l'entrepreneur contamine la nappe phréatique.

La municipalité nous répond de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et on verra rendu là. Ça ne veut pas dire que ça va arriver, mais nous, ce qu'on veut prévenir, c'est que si jamais un jour, on a un problème d'eau ou plus d'eau du tout, on n'ait aucun recours, soutient Mme Berthiaume.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !