•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commentaire de Higgs sur les abat-jour : « Une tempête dans un verre d'eau »

L'ex-député progressiste-conservateur de Caraquet Emery Robichaud.

L'ex-député progressiste-conservateur de Caraquet Emery Robichaud

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Emery Robichaud est le seul progressiste-conservateur à être parvenu à se faire élire dans la circonscription de Caraquet lors d’une élection générale, en 1982. C’était avec son chef, Richard Hatfield, et il a en quelque sorte battu le mythe des abat-jour dans un château fort libéral.

On a brisé le phénomène en 82, rappelle-t-il. Mais je n'étais pas le seul.

Néanmoins, pour lui, ce que Blaine Higgs a dit, en laissant entendre que des circonscriptions acadiennes pourraient élire un abat-jour, tant que celui-ci est libéral, ne le choque pas.

L'ex-député progressiste-conservateur de Caraquet, Emery Robichaud, songe au passé en fixant un abat-jour.

L'ex-député progressiste-conservateur de Caraquet, Emery Robichaud, songe au passé en fixant un abat-jour.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Moi, je pense tout simplement que c'est de mauvais perdants qui sont en train de faire une tempête dans un verre d'eau, affirme-t-il.

Les circonscriptions qui sont tout le temps du même côté, on disait qu'on pouvait présenter un cochon là, puis il allait être élu, précise-t-il. Imagine-toi, s'il avait utilisé ça, en anglais... il serait crucifié aujourd'hui.

Emery Robichaud, à l'époque du gouvernement progressiste-conservateur de Richard Hatfield.

Emery Robichaud, à l'époque du gouvernement progressiste-conservateur de Richard Hatfield

Photo : Radio-Canada

Emery Robichaud reconnaît toutefois que de dire cette phrase publiquement était maladroit de la part de Blaine Higgs.

Il faut qu'il respecte le choix des électeurs partout dans la province, dit-il.

Un homme devant un micro.

Le défunt premier ministre du Nouveau-Brunswick Richard Hatfield

Photo : Radio-Canada / Archives

À son époque, Richard Hatfield avait réussi à faire élire des bleus dans la Péninsule acadienne, malgré le fait qu’il était anglophone.

Mais il avait peut-être une personnalité qui lui permettait une telle percée. Ce n'était pas un secret qu'Hatfield était un admirateur de la chanteuse Édith Butler, qu'il écoutait beaucoup en voiture, et qu'il s'était imprégné de la culture et de la joie de vivre acadienne.

Il venait s'amuser avec nous dans des danses à Bertrand, Maisonnette, Saint-Simon... partout où on avait des activités!

Le gouvernement progressiste-conservateur de Richard Hatfield a été élu en 1970, 1974, 1978 et 1982, pour un total de quatre mandats de suite s'étendant sur 17 ans. Il est donc le premier ministre ayant servi le plus longtemps dans l'histoire du Nouveau-Brunswick.

Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !