•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le MBAM accueille Survivance, la première expo solo nord-américaine de Manuel Mathieu

Manuel Mathieu porte une casquette et sourit.

L'artiste canado-haïtien Manuel Mathieu

Photo : Marie-Anne Letarte

Radio-Canada

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) présente, depuis jeudi, la première exposition en Amérique du Nord à être uniquement consacrée à l’artiste montréalais d’origine haïtienne Manuel Mathieu. Baptisée Survivance, elle regroupe notamment des œuvres qu’il a créées à la suite des deux accidents dont il a été victime.

On a trouvé le titre avant de choisir les œuvres, a raconté Manuel Mathieu à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. Une connaissance m’a envoyé des passages du livre Survivance des lucioles, et ce mot m’est resté pendant plusieurs jours.

À presque 34 ans, Manuel Mathieu est décrit comme une étoile montante de l’art contemporain. Il est l’un des lauréats du prix Sobey 2020.

Une expo inspirée de son vécu

Peinture abstraite colorée

« Le jardinier/Mané » de Manuel Mathieu a été réalisé en 2019 et donné, par l'artiste, au Musée national des beaux-arts du Québec.

Photo : Photo Guy L’Heureux

Survivance évoque son amour pour la nature, des personnes qui ont croisé son chemin, mais aussi les deux accidents qu’il a subis à Londres et à Montréal. Frappé par une moto en 2015, il a souffert d’une fracture de la mâchoire et d’une commotion cérébrale qui lui a fait temporairement perdre la mémoire à court terme.

En 2018, il a commencé à intégrer ces épreuves à son travail artistique en s’interrogeant sur ce qu’il lui en est resté.

Son exposition, qui aurait dû être lancée au printemps dernier s’il n’y avait pas eu la pandémie de COVID-19, a aussi été nourrie de la manière dont il a récemment repensé son travail.

Il fallait que j'arrête d’appliquer des connaissances et que j’apprenne de la manière ainsi que de l’objet, a-t-il précisé.

Pour plus de diversité en art

L’an dernier, Manuel Mathieu a impulsé la création du Fonds Marie-Solange Apollon destiné à l’acquisition d’œuvres d’étoiles montantes du Québec et du Canada peu représentées dans la collection du MBAM.

C’est un geste extrêmement important, a-t-il dit. Le fonds est là pour intégrer l’imaginaire d’artistes de différentes communautés dans la société et au musée.

Plus largement, il souhaite créer des ponts et casser cette hiérarchie [qui dit] que telle culture, telle manière de voir le monde est meilleure [que l’autre].

Rendre l’art plus accessible

L’artiste multidisciplinaire a proposé au MBAM de donner des visites guidées de son exposition aux élèves des cégeps et des écoles de Montréal-Nord.

Je vais venir autant de fois que [nécessaire] pour parler des œuvres et casser [cette idée persistante que] l’art [est seulement] pour certaines personnes.

Manuel Mathieu est également animé par la volonté de transmettre ce qu’il a reçu.

Moi, c’est à travers les gens que j’ai rencontrés qui m’ont dit "tu peux être qui tu veux" que j’ai décidé d’être qui je voulais.

Manuel Mathieu, artiste

Cet automne, sa production artistique sera également exposée à The Power Plant Contemporary Art Gallery, à Toronto, et au Musée d’art contemporain de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !