•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour la première fois en 15 ans, le prix standard des jeux vidéo dépasse 79,99 $

Un adulte et un enfant jouent ensemble à un jeu vidéo.

Plusieurs spécialistes se demandent si le plafond de 89,99 $ pour un jeu vidéo deviendra la nouvelle norme de l'industrie.

Photo : iStock

Radio-Canada

Sur les sites des détaillants de jeux vidéo, on peut voir que le prix des titres à venir sur les consoles de nouvelle génération atteint dans certains cas 89,99 $ (Demon Souls, Call of Duty: Black Ops Cold War, Destruction All Stars). C’est la première fois que le prix standard des jeux vidéo dépasse le plafond informel de 79,99 $ respecté par l’industrie depuis 15 ans.

Le studio 2K Games a fait sourciller les adeptes de jeux vidéo en juillet dernier lorsqu’il a annoncé que son prochain titre, NBK 2021, se détaillera 89,99 $ pour la PS5 et la Xbox Series X, soit 10 $ de plus que pour les consoles de la présente génération.

Mais maintenant que Microsoft et Sony ont tout dévoilé sur leurs prochaines consoles et que les jeux sont affichés en précommande, on se demande si cela deviendra la nouvelle norme.

C’est la première fois que le prix des jeux vidéo change depuis qu’Activision a mis en vente Call of Duty 2 pour 79,99 $ il y a 15 ans, a affirmé Mat Piscatella, un analyste du NPD Group, une entreprise d’étude de marché, en entrevue pour le site Polygon.

De l’avis de plusieurs spécialistes, cette tendance qui pourrait s’installer à long terme laisse présager un changement plus profond dans le modèle économique des développeurs de jeux vidéo.

Des jeux de plus en plus chers à produire

L’auteur et concepteur de jeux vidéo Raph Koster publiait en 2018 une étude (Nouvelle fenêtre) qui démontre que les coûts pour produire des jeux triple A, soit ceux dotés des plus gros budgets de production et de promotion, ont augmenté de façon radicale au fil des années.

Un jeu comme Madden du studio Electronic Arts coûtait entre 25 et 30 millions de dollars à produire en 2005, alors qu’aujourd’hui, pour le même titre, vous pouvez vous attendre à des coûts de développement entre 75 et 100 millions de dollars, affirme Yoshio Osaki, président-directeur général de l’entreprise d’étude de marché IDG Consulting.

Les développeurs de jeux vidéo ont essayé plusieurs stratégies pour amortir ces coûts supplémentaires, en offrant des éditions de luxe, plus chères mais avec peu d’extras (un habillage par-ci, un fusil par-là), ou en introduisant les fameuses microtransactions, qui ont semé leur lot de controverses au fil des ans.

Un modèle économique dépassé par l’inflation

Alors que les jeux sont restés sous la barre des 80 $ pendant 15 ans, l’inflation, elle, n’a pas ralenti. Un calcul rapide au moyen de l’outil en ligne de la Banque du Canada nous apprend que 79,99 $ en 2005 équivaut à 101,94 $ en 2020 lorsqu’on tient compte de l’inflation.

Selon le site Ars Technica, qui a publié une étude sur l’évolution du prix des jeux vidéo dans les dernières décennies, l’augmentation du prix standard était inévitable.

Graphique montrant l'évolution du prix des jeux vidéo ajusté à l'inflationAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'évolution du prix des jeux vidéo, en tenant compte de l'inflation

Photo : Ars Technica

C’est sans compter que les joueurs et joueuses de 2020 en ont beaucoup plus pour leur argent sur le plan de l'expérience (jeux plus longs, mondes ouverts, fidélité graphique beaucoup plus grande, modes multijoueurs mis à jour régulièrement, etc.)

[Selon moi] ce changement de prix de 79,99 $ à 89,99 $ aurait dû se passer en 2013, a affirmé Mat Piscatella sur Twitter. Mais les gens [de l’industrie] pensaient que le marché des jeux mobiles était une menace pour celui des consoles… Au lieu de cela, nous avons des éditions argent ou or [offrant du contenu additionnel], qui élèvent le prix au-dessus de 79,99 $ de toute façon.

Selon Polygon, les jeux vidéo demeurent l’une des formes de divertissement les moins chères si l’on se base sur le nombre d’heures de plaisir qu’ils peuvent procurer. Un jeu à 89,99 $ dont la campagne dure de 8 à 20 heures (et parfois de 30 à 50 heures) a une valeur de divertissement supérieure à un film de deux heures au cinéma, à 15 $ le billet et 15 $ le maïs soufflé.

Le prix de 89,99 $ pourrait donc devenir la nouvelle norme dans l’industrie, mais il faudra voir si la clientèle sera prête à suivre.

Il sera également intéressant de voir la place que prendront les nouveaux modèles économiques adoptés par les fabricants de consoles, comme Xbox Game Pass qui offre des centaines de jeux sur le nuage pour une dizaine de dollars par mois.

Avec les informations de Polygon, Ars Technica, et Washington Post

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !