•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Littoral Est : la décontamination s’accélère

20190711_155625

Démantèlement réservoir Ultramar White Birch

Photo : Radio-Canada / Dany Pilote

La pandémie n’a pas ralenti le projet de zone d’innovation dans l’est de la ville, au contraire. La Ville de Québec attend maintenant le feu vert du gouvernement du Québec pour vendre ses premiers terrains.

Le projet de zone d’innovation Littoral Est se précise. Quatre terrains seront bientôt prêts à être vendus.

Les travaux de décontamination sont pratiquement terminés sur le terrain du garage municipal du boulevard Henri-Bourassa qui compte trois lots. L'ancien dépôt à neige d'Estimauville subira le même sort dans les prochaines semaines.

Ça va démarrer plus vite qu'on le pense, s'est réjoui le maire de Québec, Régis Labeaume, lors d'un plénier présenté à l'hôtel de ville.

En date du 31 août, la Ville a engagé plus de 35 millions de dollars, sur une enveloppe totale de 50 millions de dollars octroyés par le gouvernement, pour décontaminer une dizaine de terrains qui lui appartiennent.

La zone du Littoral Est regroupe entre autres des établissements de santé, une future usine de biométhanisation et des activités portuaires. L'objectif est de vendre ces terrains à des entreprises qui se spécialisent dans la recherche et le développement en lien avec les activités déjà présentes.

Ce n'est pas un parc industriel, mais un parc technologique

Régis Labeaume

Le maire de Québec souligne que les cheminées ne sont pas les bienvenues.

Feu vert de Québec

Après une heure de présentation, l'opposition officielle cherchait encore les retombées concrètes du projet. « Les attentes sont très élevées », a dit le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin.

Il a reproché à l'administration Labeaume de répéter à peu près les mêmes informations que lors du dernier plénier tenu à ce sujet.

Pour le maire, le projet est passé de la théorie à la pratique.

On est rendu à l'étape du changement de zonage, ça ne peut pas être plus concret que ça

Régis Labeaume

Si on avait fait un changement de zonage, vous nous auriez demandé de faire une mise à jour. Vous l'avez!, s'est défendu Régis Labeaume.

La Ville attend toujours l'approbation du ministère de l’Économie et de l’Innovation pour aller de l'avant. Il s'agit d'une condition essentielle pour vendre les terrains.

Laurentia

Par ailleurs, le projet de terminal de conteneurs du Port de Québec est étroitement lié à la requalification du littoral. Pour donner son feu vert, le gouvernement de François Legault exige des investissements privés.

Projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport.

Projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport

Photo : Administration portuaire de Québec

Le projet Laurentia en compte pour 500 millions de dollars, a tenu à souligner le maire Labeaume. Il a ajouté que des discussions sont déjà en cours pour attirer à Québec un centre de recherche internationale sur la logistique des transports. Tant qu'on n'aura pas réglé Laurentia, ça n'avancera pas.

À ce propos, Régis Labeaume a révélé qu'à terme, il souhaite faire disparaître l'autre dépôt à neige dans le secteur, le dépôt Henri-Bourassa. C'est le dépôt le plus visible et ce n'est pas très chic, a-t-il affirmé. Dans le cadre du projet Laurentia, la Ville veut récupérer l'espace pour réorganiser les circuits ferroviaires.

Le maire a laissé entendre que les camions qui porteront les conteneurs devront passer obligatoirement par l'autoroute Félix-Leclerc plutôt que par le quartier Limoilou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !