•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fils de Peter Nygard brise le silence et soutient les présumées victimes de son père

 Peter Nygard près d’une tête de lion surdimensionnées.

Le milliardaire Peter Nygard en juillet 2015 près d’une de ses têtes de lion surdimensionnées à Nygard Cay, aux Bahamas. La photo a été prise pour magazine « Vanity Fair ».

Photo : Jonathan Becker / traitée par Getty Images

Radio-Canada

Un des fils de Peter Nygard dit craindre que son père ne quitte le Canada avant que des accusations criminelles ne soient portées contre lui et qu’il soit par la suite impossible de le faire revenir au pays pour faire face à ceux et à celles qui l'accusent de crimes sexuels.

CBC/Radio-Canada ne publie pas le prénom de cet homme afin de protéger l’identité de deux autres fils Nygard, qui ont récemment lancé une action en justice dans laquelle ils affirment que leur père les aurait fait violer par sa petite amie, une travailleuse du sexe connue, alors qu’ils étaient adolescents.

Ce fils est l’un des 10 enfants de Peter Nygard. Il soutient qu'on pourrait facilement reconnaître ses frères si son nom était rendu public.

Âgé de 79 ans, Peter Nygard fait l’objet d’enquêtes au Canada, aux États-Unis et aux Bahamas pour des allégations de crimes sexuels. En février, le FBI a effectué une perquisition des bureaux de Peter Nygard à New York, dans le cadre d’une enquête criminelle sur des activités de trafic sexuel. Deux citations à comparaître du grand jury ont été émises pour les dossiers de la société Nygard.

Aucune de ces enquêtes n'a donné lieu à des accusations, et on ignore si elles sont terminées. Peter Nygard a toujours nié avoir sexuellement agressé qui que ce soit et maintient que ces allégations sont des fabrications dans le cadre de conspirations pour ternir sa réputation.

Il a vraiment été difficile de faire face à tout cela, a déclaré le fils dans une entrevue exclusive à CBC. Mon père était quelqu'un que j'admirais vraiment beaucoup. Je ne le connaissais qu'en tant que papa.

Des agents du FBI dans les bureaux new-yorkais de Peter Nygard.

Le 25 février, le bureau fédéral des enquêtes des États-Unis (FBI) a effectué une descente dans les bureaux new-yorkais du magnat manitobain de la mode.

Photo : Earl Wilson / The New York Times

Il dit parler aujourd'hui, car il craint que, s'il reste silencieux, les personnes qui accusent son père, dont ses deux frères, ne puissent jamais obtenir justice.

Mon objectif no 1 est qu’il n’échappe pas à la justice, dit-il.

Il indique que Peter Nygard passe ses étés au lac Falcon, dans le sud-est du Manitoba, et qu'en temps normal il se dirigerait vers l’une de ses propriétés en Californie ou aux Bahamas avant la troisième semaine de septembre.

Mais, compte tenu de toutes les allégations d’agressions sexuelles auxquelles il fait face, son fils pense qu'il se tournera plutôt vers une juridiction qui ne risquera pas de l'extrader si des accusations criminelles sont portées contre lui.

Il croit qu’il est au-dessus de la loi, que la loi ne s'applique pas à sa personne, dit le fils, en précisant qu’il base cette affirmation sur les actions passées de son père.

Il n’a jamais eu à rendre de comptes à personne. Et il n’a pas non plus l’intention de rendre de comptes maintenant, ajoute-t-il.

Vue d’une plage aux Bahamas.

Peter Nygard dit avoir vécu aux Bahamas à Nygard Cay pendant 40 ans. Il est retourné au Canada en 2019, avant qu'il soit appelé à comparaître devant le tribunal pour répondre à des allégations d’activités de dragage et de développement illégales sur sa propritété de bord de mer.

Photo : Radio-Canada

En novembre 2019, Peter Nygard a été condamné à 90 jours de prison au Bahamas pour outrage au tribunal parce qu'il ne s'est pas présenté devant la cour dans le cadre d'un litige environnemental. M. Nygard a fait appel de cette décision.

Son fils souligne que, pendant 40 ans, son père a dit des Bahamas qu'elles étaient son foyer, ce qui ne l'a pas empêché de quitter ce pays juste avant qu'il soit appelé à comparaître en cour.

Il précise que son père n’y est jamais retourné après l'émission d'un mandat d’arrêt contre lui relativement à cette affaire.

S'il voulait aller aux Bahamas en ce moment, il serait arrêté dès qu'il met les pieds dans le pays, dit-il.

Peter Nygard et ses entreprises accusés de faciliter des agressions sexuelles

Dans une déclaration sous serment faite au tribunal cet été, Peter Nygard a déclaré qu’il séjournait dans son chalet du lac Falcon. Il aussi déclaré avoir vécu au Manitoba au cours de la dernière année et demie et habiter dans un appartement situé dans l’un de ses entrepôts de Winnipeg.

La vente de cet entrepôt a été approuvée en juin, dans le cadre de la mise sous séquestre de neuf entreprises Nygard par les tribunaux du Manitoba.

En février dernier, 10 femmes ont déposé un recours collectif devant le tribunal du district sud de New York, alléguant que le designer de mode les avait violées alors qu'elles se trouvaient dans ses propriétés aux États-Unis et aux Bahamas. Certaines ont dit qu'elles avaient 14 ans au moment des faits allégués.

Une poignée des entreprises Nygard ont été nommées comme défenderesses, en raison d'allégations selon lesquelles elles auraient été mêlées à des activités de trafic sexuel pendant des décennies.

Un total de 57 femmes se sont jointes au recours collectif. Dans certains cas, les allégations d'agressions sexuelles contre Peter Nygard remontent jusqu'aux années 70. Au moins deux femmes ont déclaré à CBC qu’elles avaient également déposé une plainte officielle auprès de la police de Winnipeg.

Le recours collectif a été suspendu le mois dernier à New York par le juge qui préside l'affaire, à la demande du gouvernement américain qui demande le statut d'intervenant. Selon le fils de M. Nygard, il s'agit d'un développement important.

Ils ne font pas ça sur un coup de tête, dit-il. Je pense que cela signifie qu’ils ont suffisamment de preuves pour poser un tel geste, dit-il.

Peter Nygard devant une maison.

Peter Nygard le 25 mai 2000 devant sa maison de style polynésien de 45 720 mètres carrés aux Bahamas.

Photo : Cindy Karp/The New York Times

Le fils de Peter Nygard dit que son père avait l'habitude de l'appeler son fils numéro un. Il raconte avoir voyagé à travers le monde avec son père dans le cadre d’un projet et précise que son nom figurait sur des documents relatifs à des propriétés et à des entreprises Nygard. Cela a changé au printemps dernier, quand les allégations d'agressions sexuelles sont devenues publiques et qu’il a commencé à poser des questions.

Je lui ai envoyé un texto et je l’ai confronté à ce sujet. Il m’a répondu de ne pas écouter ce qui se dit, que c'était des mensonges, dit-il.

Il voulait que je le défende aveuglément sur la place publique. J'ai répondu que ce n’était pas possible.

Il dit avoir longtemps été considéré comme l'un des futurs héritiers de la fortune de son père, mais que son nom a récemment été rayé des propriétés et des entreprises Nygard. On y trouve maintenant les noms de gens qui appuient et encouragent son père.

Ils font tout ce qu’ils peuvent pour me punir d'avoir osé poser les vraies questions plutôt que d’accepter ce qu’ils me disent et de marcher au pas, dit le fils de Peter Nygard.

Une capture d’écran montrant Peter Nygard lors d’une fête.

Peter Nygard apparaît dans une vidéo publiée sur Facebook en 2018 lors d'une fête chez lui en Californie. Un recours collectif accuse M. Nygard d’avoir agressé sexuellement certaines des victimes présumées lors de ces événements.

Photo : Danny Fitzgerald / Facebook

Quand il s'agit de pédophilie et de viol, il y a une limite à ne pas franchir, déclare le fils, qui dit avoir été choqué et dégoûté quand il a appris que de telles allégations pesaient contre son père.

Que ce soit mon père importe peu, l'héritage éventuel importe peu, dit-il.

Les allégations n’ont pas été prouvées devant un tribunal, mais le fils Nygard dit qu'il croit ses frères.

Mes frères ne sont pas des menteurs […] Je le sais parce qu’ils se sont tous deux confiés à moi en détail sur ces incidents, dit-il.

C’est ce qui nous est arrivé, notre expérience de première main dans la famille […] Nous avons pensé qu’il était juste d’en parler, dit-il.

Peter Nygard attristé que son fils se retourne contre lui, selon son avocat

L’avocat de Peter Nygard, Jay Prober, déclare que son client répondra aux allégations devant le tribunal, où il pourra faire face à ses présumées victimes et se défendre si jamais cela devient nécessaire.

Il est très malheureux que Peter Nygard continue d’avoir à répondre à ces fausses allégations dans les médias, écrit Me Prober dans un courriel envoyé à CBC.

Il soutient que M. Nygard aime Winnipeg et qu'il est absurde de penser qu'il fuira le Manitoba.

C’est sa maison, et il n’a pas l’intention de partir. S’il avait voulu partir, il l'aurait fait il y a longtemps, indique-t-il.

Jay Prober allègue que les fils se sont retournés contre leur père lorsque plusieurs des entreprises Nygard ont commencé à connaître des problèmes financiers.

Selon lui, son client est particulièrement attristé que son fils se soit retourné contre lui parce qu'il était près de lui tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel.

Ils étaient très proches […] ; mon client pensait que le sentiment était réciproque, dit l’avocat.

Me Prober affirme que ce fils a dans le passé prononcé des discours élogieux vantant les vertus de son père et qu’il a réaffirmé son soutien à son père à plusieurs reprises, même après l'arrivée d'allégations malveillantes et fausses.

Les actions du fils, à la fois publiques et privées, dépeignent une histoire bien différente de ce qui est présenté maintenant, affirme-t-il.

Le fils soutient de son côté que Peter Nygard se sert de son avocat pour faire des déclarations basées sur des informations extrêmement limitées.

J'ai pris position contre Peter Nygard après avoir enquêté et découvert des histoires de viols et d’agressions sexuelles provenant de plusieurs sources crédibles, affirme-t-il.

Des enfants élevés parmi la classe moyenne, déclare le fils

Selon le fils, les 10 enfants de Peter Nygard, nés de huit femmes différentes, ont tous grandi avec leurs mères sans être aisés, malgré ce que les gens peuvent penser.

Aucun de nous n’a reçu d’allocation ou n’a eu d’argent ou quoi que ce soit de ce genre en grandissant, dit-il. Peter Nygard voyait ses enfants en été et pendant les vacances.

Il dit aussi que son père est un dissimulateur, qui ne donne que l'information qu'il veut bien donner. Quand j'ai appris que j'avais ces frères, ils avaient déjà 10 ans, dit-il.

Peter Nygard était également connu pour les pampers parties qu'il organisait chez lui aux Bahamas et en Californie, où nourriture, boissons et spa attendaient les invités.

Selon le recours collectif, certaines des agressions sexuelles présumées se seraient produites lors de ces sauteries. Les documents judiciaires accusent aussi M. Nygard d’avoir attiré des mineures et des femmes dans ces fêtes en leur promettant, entre autres, des contrats lucratifs de mannequinat.

Le fils dit s'être rendu dans certaines de ces sauteries, mais précise qu'il n'y restait pas longtemps et qu’il n’y a pas vu son père agresser qui que ce soit.

Peter Nygard pourrait trouver un refuge sûr ailleurs, selon un avocat

Aucune loi n’empêche un citoyen canadien ou un étranger de quitter le pays pendant qu’il fait l’objet d’une enquête, selon l’avocat winnipégois spécialisé en immigration Ken Zaifman.

On ne peut pas empêcher quelqu'un de voyager et de partir avant qu'il soit inculpé et se trouve devant les tribunaux, explique l’avocat.

Le visage de  Ken Zaifman.

L’avocat spécialisé en immigration Ken Zaifman explique que rien n’empêche un Canadien faisant l’objet d’une enquête de quitter le pays.

Photo : Fournie par Ken Zaifman

Si des accusations sont portées, les tribunaux peuvent imposer des conditions de mise en liberté sous caution pour empêcher un accusé de voyager, mais autrement dit-il, les Canadiens sont libres d’aller et venir à leur guise.

Je ne vois pas ce que […] les plaignants peuvent faire pour l’arrêter, ou ce que le gouvernement ou les autorités peuvent faire, à part l’inculper dès qu’ils le peuvent, dit-il.

Un autre avocat de Winnipeg spécialisé en immigration, Alastair Clarke, estime qu'il est plus facile pour une personne riche d'échapper à la loi.

Il est tout à fait possible que, dans ce cas […] M. Nygard puisse trouver un pays qui soit sympathique, disons, à sa valeur nette, à sa capacité financière, et qui lui offre un refuge sûr. Ce qui serait, à mon avis, assez malheureux, ajoute-t-il.

Alastair Clarke souligne que le gouvernement pourrait se trouver impuissant pour récupérer une personne accusée qui se trouve dans un autre pays, si le Canada n’a pas de traité d’extradition avec ce pays.

Le Canada ne conserve pas de traces des personnes qui quittent le pays, ajoute-t-il. Seules les entrées sont surveillées.

Si nous avions les ressources nécessaires, cela permettrait, à mon avis, de maintenir la primauté du droit au Canada et de garantir que les criminels présumés n’utilisent pas simplement leurs avions privés, par exemple, pour s'envoler vers des endroits où nous n’avons pas de traité d’extradition et ainsi échapper à la loi, explique Me Clarke.

Visage d'Alastair Clarke.

L’avocat spécialisé en immigration Alastair Clarke indique que le Canada ne contrôle pas les sorties du pays et note qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour ramener une personne qui s’enfuit dans un pays avec lequel le Canada n’a pas de traité d’extradition.

Photo : Fournie par Clarke Immigration Law

Le fils de M. Nygard affirme que, si son père quitte le Canada avant que des accusations ne soient portées contre lui, il ne sera jamais traduit en justice.

Il s’agit de protéger les femmes et de protéger les enfants, dit-il. Je ne peux pas en toute [conscience] accepter que cette affaire Epstein canadienne se termine avec lui qui part au coucher du soleil [...] Je ne me le pardonnerais pas, ajoute-t-il.

Il veut que les victimes de violences sexuelles sachent qu’elles peuvent se manifester et seront soutenues.

Il indique que lui et certains de ses frères envisagent maintenant de prendre le nom de leurs mères et d’abandonner le nom de Nygard.

Nous ne voulons pas perpétuer son héritage, dit-il.

Avec des informations de Caroline Barghout

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !