•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Huard revient sur la polémique autour d’Escouade 99 

Les cinq personnes posent pour la caméra.

Les détectives du poste 99 et leur capitaine : Guy Jodoin, Mickaël Gouin, Widemir Normil, Mylène Mackay et Bianca Gervais

Photo : Club illico

Radio-Canada

À la veille de la sortie de la série Escouade 99, désormais offerte sur Club illico, Patrick Huard est revenu sur la polémique entourant la diversité au sein de sa distribution. S’il estime qu’il n’y a pas eu de « whitewashing » [qu'on pourrait traduire par « blanchiment culturel »], il se dit responsable du tollé soulevé sur les réseaux sociaux.

Rappelons que l’émission québécoise découle d’une adaptation de la série américaine Brooklyn Nine-Nine. En conférence de presse mercredi, le réalisateur a notamment voulu remettre les pendules à l’heure concernant la condamnation de deux actrices québécoises sur différentes plateformes numériques, qui reprennent les rôles de deux femmes latino-américaines de la distribution originale.

« Responsable »

Ému, Patrick Huard a mentionné se sentir responsable de cette controverse. Il a dit avoir trouvé difficiles toutes les violences verbales qui ont été faites aux actrices, en référence à Mylène Mackay et à Bianca Gervais. Ces dernières ont été prises à partie par plusieurs internautes, notamment après que l’actrice Melissa Fumero, de la série originale Brooklyn Nine-Nine, eut écrit sur Twitter qu’elle s’interrogeait quant à la diversité des rôles choisis au Québec.

Patrick Huard a insisté sur le fait qu’il a choisi les meilleures personnes pour faire ce show et qu’il n’y avait pas de mauvaise foi derrière le processus de sélection des acteurs et actrices d’Escouade 99. Il explique d’ailleurs s’être inspiré de plusieurs comédies de situation, dont Friends, pour construire cette émission.

Patrick Huard a toutefois assuré demeurer ouvert à la discussion. 

Ce dernier a aussi tenu à mettre en lumière les défis d’adapter une série étrangère. Il a d’abord réitéré, comme Québecor Contenu l’avait expliqué par écrit en août dernier, que « la série est une adaptation et non un remake de Brooklyn Nine-Nine. »

Il a également spécifié qu’Escouade 99 ne s’adressait pas aux admirateurs et admiratrices de la version originale américaine. Selon lui, Escouade 99 s’adresse plutôt à ceux et celles qui ne connaissent ni l’univers ni les codes spécifiques à Brooklyn Nine-Nine.

Se démarquer

Selon la chroniqueuse culturelle à Tout un matin, Eugénie Lépine-Blondeau, l’adaptation se démarque de la version originale de différentes façons. 

Elle souligne d’abord le désir de la production de s’éloigner des grands centres, puisque le récit se déroule à Québec, et qu’on s’éloigne ainsi du tumulte de la vie urbaine new-yorkaise… ou même montréalaise. 

Eugénie Lépine-Blondeau indique également que plusieurs références culturelles du Québec sont insérées, que la réalisation se distingue de la version originale américaine, qu’il y a plus de moments touchants entre les personnages de la série et qu’à ce compte, les relations interpersonnelles risquent d’être un peu plus approfondies que celles mises en lumière dans Brooklyn Nine-Nine.

Par ailleurs, la production a pensé faire un clin d’œil à la communauté haïtienne – avant la polémique survenue à la fin du mois d’août – puisque les personnages du commandant (Widemir Normil) et du lieutenant-chef (Fayolle Jean fils) se parlent en créole à plusieurs reprises.

On évite donc, avec tous ces petits changements, de faire un copier-coller de la version originale, explique la chroniqueuse culturelle. Celle-ci ajoute que la reprise de séries originales très populaires aux États-Unis ou en France n’ont pas nécessairement reçu un accueil chaleureux dans la Belle Province.

Cette série de 13 épisodes de 30 minutes, disponible depuis jeudi sur la plateforme Illico, met en vedette Mickaël Gouin, Mylène Mackay, Bianca Gervais, Guy Jodoin, Widemir Normil et Fayolle Jean fils.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !