•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 à Félix le chat : des parents veulent un système de notification plus complet

Un plan serré de l'entrée du Centre éducatif Félix le chat à Saskatoon en été.

Cette demande fait suite aux deux cas de COVID-19 au Centre éducatif Félix le chat à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

Radio-Canada

Des parents inquiets, dont les enfants fréquentent l’École canadienne-française de Saskatoon et le Centre éducatif Félix le chat, ont envoyé une lettre aux dirigeants de ces établissements pour demander un système de notification plus complet lorsqu'un cas de COVID-19 est déclaré.

L'envoi de la lettre survient après que deux cas ont récemment été enregistrés au Centre éducatif Félix le chat.

Ces parents reprochent à la direction d’avoir seulement avisé les familles des enfants qui se trouvaient dans la classe touchée par la première infection.

Nous sommes certains que vous le comprenez bien maintenant, la notification initiale uniquement des familles de la classe de garderie touchée a suscité plus d'inquiétude qu'une notification complète de toutes les familles de la garderie et de l'école, mentionne la lettre.

Ils saluent toutefois l’amélioration des communications pour le deuxième cas enregistré au Centre éducatif Félix le chat.

Le gouvernement provincial dans la ligne de mire

Pour les auteurs de la lettre, la province n’a pas donné suffisamment de directives aux divisions scolaires quant à la manière d’aviser les familles lorsqu’un cas de COVID-19 est enregistré dans une école.

Nous comprenons que les lacunes dans la planification et la mise en œuvre des protocoles appropriés pour nous assurer de limiter la propagation du virus ne sont pas la faute du Conseil des écoles fransaskoises (CEF). Ces lacunes sont entre les mains d'un gouvernement provincial qui a choisi d'attendre jusqu'à la dernière minute pour planifier et qui n'a pas voulu investir les ressources nécessaires dans l'éducation pendant cette période difficile, notent les parents.

Ils demandent donc la mise en place d’un système de notification qui permettra à la fois aux parents de prendre des décisions éclairées quand ils doivent envoyer ou non leurs enfants à l’école et de protéger les informations privées de ceux qui ont reçu un diagnostic positif au nouveau coronavirus.

Les auteurs de la lettre demandent notamment que toutes les notifications de cas se fassent plus rapidement et à toutes les familles du Centre éducatif, de l’école primaire et de l’école secondaire à l’avenir.

Ils veulent également que la direction précise si les membres de la famille de la personne infectée ont fréquenté la garderie, l'école primaire ou l’école secondaire, ainsi que le groupe dans lequel la personne infectée se trouve.

Comme la plupart des familles de notre communauté ont des membres dans plus d'un des établissements scolaires associés, nous pensons que cela nous permettra de prendre des décisions plus éclairées sur l'envoi ou non de nos enfants à l'école ou à la garderie, expliquent les parents.

Le CEF comme intermédiaire

L’une des signataires de la lettre, Rachel Engler-Stringer, mère de deux enfants qui fréquentent l’École canadienne-française, veut que le Conseil des écoles fransaskoises transmette au gouvernement cette missive.

Mme Engler-Stringer dit avoir eu des échanges à ce sujet avec les responsables du CEF.

Dans un courriel, la division scolaire francophone affirme respecter à la lettre le protocole de notification de la santé publique qui est le même pour tous les conseils scolaires de la province .

Toutefois, le CEF accepte de porter la parole des parents insatisfaits auprès de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan.

Le CEF portera à l'attention de l'Autorité de la santé publique les préoccupations des parents et ne manquera pas de les tenir au courant des suites données à ce dossier , est-il écrit dans la déclaration.

Le Centre éducatif Félix le chat assure également, de son côté, qu'il respecte les consignes de la santé publique.

La santé, la sécurité et le respect [ainsi que] la confidentialité des informations concernant nos clients et notre personnel sont de la plus haute importance, affirme Camille Lapierre, présidente de l'Association des parents de l’École canadienne-française et porte-parole de la garderie.

Avec les informations d'Aimée Lemieux

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !