•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : sept cas sèment l'inquiétude à l'IUCPQ

Vue sur le côté nord de l’IUCPQ.

L’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Photo : Radio-Canada

Félix Morrissette-Beaulieu

L'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) est aux prises avec sept cas de COVID-19 chez ses employés.

Ces travailleurs auraient contracté le virus à l'extérieur et à l'intérieur de l'hôpital, parfois auprès des résidents, selon le Dr Daniel Lefrançois, directeur des services professionnels de l'IUCPQ, qui qualifie la situation de sérieuse.

Ça a commencé tout juste avant la fin de semaine de la fête du Travail, précise-t-il.

J’ai trois de ces personnes-là dont la source est encore sous enquête, explique le médecin. J’en ai deux qui ont eu des contacts avec des cas d'usagers. Les autres viennent du milieu communautaire.

La différence importante par rapport à ce qu'on a vécu le printemps dernier, c'est qu'il n’y avait à peu près pas de transmission communautaire, ajoute le Dr Lefrançois. C'est insidieux parce qu'il y a un certain nombre de porteurs asymptomatiques, qui fait que le contrôle complet et total est très difficile à assumer.

Treize autres employés sont présentement en isolement et en attente d'un résultat.

Actuellement, sept usagers sont hospitalisés au sixième étage, à l'unité désignée pour recevoir des cas de COVID-19. Cinq autres patients sont considérés comme des cas potentiels.

Pour l’instant, environ 200 personnes ont subi un test de dépistage.

La panique n'est pas prise à bord pour le moment.

Sébastien Bouchard, président du Syndicat interprofessionnel de la santé de l'IUCPQ

Le président du Syndicat interprofessionnel de la santé de l'IUCPQ, qui représente plus de 1000 employés, affirme qu'il y a une bonne collaboration avec la direction.

Inquiétudes

Ces cas préoccupent l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), un syndicat qui représente environ 300 employés de l’hôpital.

L’inquiétude, c’est surtout que les gens entendent dans les points de presse que s’ils sont symptomatiques, c’est primordial qu’ils s’isolent. Par contre, en raison de la pénurie de main-d’œuvre, les gens sont requis au travail en attendant d’avoir le résultat de leur test, explique Sima Jalili-Shani, membre du bureau syndical de l'APTS.

S’ils viennent travailler symptomatiques, ils exposent leurs collègues puis les patients de l’hôpital, affirme Mme Jalili-Shani.

Le bilan s'alourdit dans la région

La Direction de santé publique de la Capitale-Nationale fait état de 52 nouveaux cas de COVID-19 dans les 24 dernières heures et de deux autres cas dépistés la semaine dernière.

Elle déplore aussi deux décès supplémentaires pour un total de 202 personnes mortes du virus.

Dépistage massif à l'école Jean-de-Brébeuf

Une clinique de dépistage mobile sera déployée à l'école secondaire Jean-de-Brébeuf à compter de vendredi. Tous les élèves subiront un test de dépistage d'ici mardi.

L'établissement figure sur la liste des milieux scolaires touchés par des mesures d'isolement depuis la fin du mois d'août. Cinq classes de secondaire quatre et cinq ont déjà été placées en isolement.

Le risque de transmission à l’ensemble de l’école est considéré comme faible , précise le directeur de santé publique par intérim, Jacques Girard. Il croit que le virus aurait pu se propager à l'extérieur de l'école.

Avec la collaboration de Guylaine Bussière et Camille Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !