•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 fait un premier mort sur la Côte-Nord

Thaddée André.

Thaddée André a été chef de la communauté de Matimekush-Lac John au début des années 2000.

Photo : Facebook

Radio-Canada

L'ancien chef de Matimekush-Lac John, Thaddée André, est mort à Ottawa mercredi soir des suites d'une infection à la COVID-19, à l'âge de 74 ans.

C'est ce que confirment certains de ses proches, ainsi que l'actuel chef de la communauté innue, Réal McKenzie.

Celui-ci ajoute que Thaddée André était toujours résident de Matimekush-Lac John, ce qui en ferait la première victime nord-côtière de la pandémie.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord refuse toutefois de confirmer cette information pour le moment.

Conseil innu de Schefferville

Les Innus de la communauté de Matimekush-Lac John ont perdu un de leurs ex-chefs en raison de la COVID-19 (archives).

Photo : Facebook

Selon un ami proche de M. André, Pierrot Ross-Tremblay, l'ancien chef n'avait toutefois pas contracté le virus dans sa communauté, et n'y était pas retourné depuis.

On sait qu'il a contracté le virus à Québec, et ensuite il a pris le train et il s'en est venu chez nous. Les symptômes du COVID ont commencé à se manifester quelques jours plus tard, raconte M. Ross-Tremblay.

Pierrot Ross-Tremblay affirme que Thaddée André était hospitalisé à l'hôpital Montfort d'Ottawa depuis environ deux semaines.

M. André était reconnu par sa communauté comme un aîné respecté qui a exercé son métier d'intervenant social jusqu'à la fin de sa vie.

Thaddée André lors d'une entrevue donnée à Radio-Canada en 2005.

Thaddée André a été chef de la communauté de Matimekush-Lac John au début des années 2000 (archives).

Photo : Radio-Canada

Les proches souhaitent rapatrier le corps

Par ailleurs, Pierrot Ross-Tremblay déplore les difficultés auxquelles lui-même et la famille du défunt se butent quant au rapatriement du corps en territoire traditionnel innu.

Selon l’ami de Thaddée André, les autorités sanitaires québécoises sont réticentes à laisser le corps d'une personne morte de la COVID-19 traverser la frontière de la province.

Toute sa vie, il a dénoncé le non respect des traditions innues, et là, c'est rendu avec la question de son corps. On aimerait que ça se règle, que les gens respectent les volontés de la famille.

Bilan nord-côtier

Depuis lundi, le bilan demeure stable dans la région, avec un total de 140 cas enregistrés.

Selon le CISSS de la Côte-Nord, 131 personnes ayant contracté la maladie depuis le début de la pandémie sont considérées comme guéries.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !