•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. dévoile son plan de relance économique sur fond de rumeurs d'élections

La ministre des finances à gauche à côté du premier ministre de la province, assis à l'intérieur de l'assemblée législative.

Le gouvernement affirme que le Parti vert de la Colombie-Britannique, qui lui permet de diriger un gouvernement minoritaire en vertu d’un accord signé en 2017, a été consulté pendant l'élaboration du plan. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

La Colombie-Britannique dévoile son plan de relance économique, alors que les rumeurs entourant le déclenchement d’élections anticipées s’intensifient.

Le plan présenté lors d’un point de presse par le premier ministre John Horgan et la ministre des Finances, Carole James, tient compte de l’avis de milliers de Britanno-Colombiens sondés en ligne et s’appuie sur des rencontres avec les entreprises, les syndicats et des groupes autochtones, soutient le gouvernement.

« Il s’agit d’une première étape d'un plan à long terme », souligne Mme James.

Le plan vise à relancer l’économie, notamment à l’aide d’un fonds de relance de 1,5 milliard de dollars réservé à cette fin par la province, ce à quoi s'ajoute la somme de 660 millions de dollars en allégements fiscaux pour les entreprises, dont 470 millions en crédits d’impôt pour l’achat de machines et équipements.

Répartition approximative du fonds de 1,5 milliard de dollars

  • Emplois et formation : 416 M$
  • Soutien aux individus : 52 M$
  • Relance pour les entreprises : 405 M$
  • Infrastructure communautaire : 303 M$
  • Soutien social : 67 M$
  • Sécurité alimentaire : 25 M$
  • Technologie et innovation : 223 M$

Le gouvernement affirme que le Parti vert de la Colombie-Britannique, qui lui permet de diriger un gouvernement minoritaire en vertu d’un accord signé en 2017, a été consulté pendant l'élaboration du plan.

Le secteur touristique obtient moins que ce qu’il espérait

Plus de 100 millions de dollars du plan sont alloués spécifiquement au secteur du tourisme. Ce dernier, particulièrement touché par la pandémie de COVID-19, réclamait plus du tiers du fonds de relance, soit plus 680 millions de dollars.

Comme vous pouvez l'imaginer, tous les secteurs ont fait part de leurs demandes pour l'obtention de ressources , s'est défendu la ministre James.

Elle reconnaît toutefois que ce secteur est d'une importance capitale pour l'économie de la Colombie-Britannique.

Une kayakiste.

L'industrie du tourisme de la Colombie-Britannique a été particulièrement touchée par la pandémie de la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le gouvernement met sur pied un groupe de travail regroupant des acteurs de l’industrie qui auront comme mandat d’élaborer des recommandations lui assurant un avenir durable. La mise en oeuvre de ces initiatives s’accompagne d’un investissement de 50 millions de dollars.

Victoria promet également le financement d'initiatives de marketing pour renforcer une stratégie visant à aider l'industrie à se remettre sur pied, et des subventions pour la construction d’infrastructure touristique pour de petites municipalités et des Premières Nations.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Des fonds pour la protection environnementale

La protection des bassins versants et d'autres projets liés aux zones humides se voient offrir 27 millions de dollars, alors que l’adaptation de l’infrastructure routière face aux changements climatiques reçoit plus de 20 millions de dollars.

Nous investissons dans un avenir économique plus vert et plus durable, notamment avec le programme CleanBC et des emplois technologiques écoresponsables , soutient Mme James.

Les sommes allouées au programme de nettoyage des berges et des navires abandonnés, ainsi que la conservation d’espèces et d'écosystèmes, totalisent 25 millions de dollars.

La députée des verts Sonia Furstenau en conférence de presse devant l'Assemblée législative.

La cheffe des verts Sonia Furstenau juge que le plan ne va pas assez loin dans sa protection de l'environnement.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

La nouvelle cheffe du parti vert, Sonia Furstenau, estime qu’il s’agit d’un bon point de départ qui inclut d’importantes initiatives permettant aux Britanno-Colombiens de se remettre sur pieds .

Pour autant, le plan manque d’imagination sur ce qu’il est possible et nécessaire de faire , écrit-elle dans un communiqué. On peut rêver plus grand, dit-elle.

Le secteur pétrolier et gazier devrait être exclu de tout soutien économique dans le cadre de ce plan, fait valoir le Parti vert.

Des mesures pour les communautés autochtones

Le gouvernement injecte la somme de 15 millions de dollars dans les programmes de formation professionnelle et d'éducation au sein de communautés autochtones.

Des fonds sont également attribués au soutien en santé mentale en milieux de travail, notamment pour les initiatives de prévention du suicide destinées aux jeunes autochtones et aux étudiants de niveau postsecondaire.

Nous investissons dans une réconciliation perpétuelle, affirme Mme James.

Une économie fragile

Le déficit provincial de l'exercice 2020-2021 atteindra 12,8 milliards de dollars, a annoncé Mme James jeudi dernier.

Les dépenses gouvernementales consacrées aux mesures liées à la COVID-19 ont coûté 7,6 milliards de dollars depuis le début de l'exercice financier.

Or, l’économie montre des signes encourageants, assure Mme James. Le premier rapport trimestriel prévoit une baisse de 6,7 % du PIB réel de la Colombie-Britannique en 2020 et une augmentation de 3 % en 2021.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique John Horgan serait tenté de déclencher des élections hâtives dans le but d'obtenir une majorité, selon des observateurs.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Plateforme électorale?

Des observateurs politiques croient que la présentation du plan de relance pourrait servir de base au gouvernement néo-démocrate en vue d’une plateforme économique électorale.

Depuis quelques semaines, le Nouveau Parti démocratique alimente les rumeurs selon lesquelles des élections hâtives pourraient être déclenchées.

Questionné à ce sujet, John Horgan a déclaré que sa décision n’avait pas été prise.

Le gouvernement multiplie les annonces d'investissement. Des tables rondes avec la communauté d'affaires ont également été organisées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !