•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture d'une école à Pembroke : la confusion des symptômes au cœur de l’éclosion

Affiche de l'école et l'édifice en arrière plan.

L'école secondaire Fellowes à Pembroke est fermée depuis mercredi en raison d'une éclosion de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Les membres du personnel de l’école secondaire Fellowes de Pembroke qui ont contracté le virus ne croyaient pas que les symptômes qu’ils ressentaient étaient reliés à la COVID-19 selon le médecin hygiéniste intérimaire de la santé publique.

Selon le Dr Robert Cushman, médecin hygiéniste intérimaire du bureau de santé de Renfrew, des membres du personnel de l'école s'y sont présentés même si ils présentaient des symptômes liés au virus.

Elles [les personnes infectées] ont pensé que c’était un autre problème, un mal de tête ou une allergie alors vous voyez le problème? Tous les symptômes ont la possibilité d'être [liés à la ] COVID-19 , mais tous les symptômes ne sont pas COVID-19, explique le Dr Cushman.

L'école secondaire Fellowes de Pembroke a été la première à fermer en Ontario mercredi en raison d'une éclosion. L’école a interrompu ses cours en classe lorsqu'on a confirmé un troisième cas positif chez le personnel.

L'homme dans une résidence, devant une affiche de la santé publique.

Selon le Dr Robert Cushman, médecin hygiéniste intérimaire du bureau de santé de Renfrew, des membres du personnel de l'école de Pembroke se sont présentés à l'école avec des symptômes du virus.

Photo : Radio-Canada

L'individu en question avec le troisième test positif a eu du travail dans 3 autres classes alors ça veut dire que plus ou moins 100 étudiants et encore du personnel.

Dr Robert Cushman, médecin hygiéniste intérimaire du bureau de santé de Renfrew

Avant ça, on a eu 2 cas connectés dans seulement une classe et une classe qui n'avait pas beaucoup d'interactions avec le reste de l'école, ajoute le Dr Cushman. Aujourd'hui (jeudi), on va tester de 100 à 150 étudiants et tout le personnel de l'école pour voir ce qui se passe. On va accélérer les tests avec le laboratoire parce que c'est une question très importante. 

Selon lui, d’autres membre du personnel de l’école présentent jeudi des symptômes liés à la COVID-19. 

Le conseil scolaire du district de Renfrew affirme que l'école restera fermée jusqu'à nouvel ordre. L'école secondaire Fellowes compte environ 700 élèves et 55 membres du personnel.

Une communauté sur le qui-vive

À Pembroke, plusieurs se questionnent maintenant à savoir si d’autres écoles pourraient devoir fermer leurs portes en raison de l'éclosion.

Je pense que dans les prochaines semaines, les autres écoles vont également devoir fermer puisque certains enfants qui allaient à Fellowes ont des frères ou soeurs plus jeunes qui sont dans les écoles primaires et qui pourraient aussi avoir contracté le virus, soutient Monique Gervais, une mère d’un enfant de 5 ans.

La devanture de L'école secondaire Fellowes de Pembrook.

L'école secondaire Fellowes de Pembrook a interrompu ses cours après qu’un troisième membre du personnel ait été déclaré positif à la COVID-19.

Photo : Hugo Belanger/CBC

Maintenant, je ne suis pas sûr de vouloir l'envoyer [à l’école ] demain, conclut-elle.

James Panfili est élève à l’école secondaire Fellowes et explique avoir appris la nouvelle lors d’une annonce à l’intérieur de l'institution. Tout ce que j'ai entendu, c'est que l'école allait fermer pour quelques jours. Ils ont dit qu'il fermait pour assurer la sécurité de tous.

Je pense que c’est très certainement le bon choix [que de fermer l’école], si 3 membres du personnel ont contracté le virus, qui dit que des élèves ne l'ont pas attrapé?

James Panfili, élève de l'école secondaire Fellowes

De son côté, la résidente Emily Harwood, blâme en quelque sorte le gouvernement de l' Ontario et les mesures mises de l’avant depuis la rentrée.

Avec le nombre élevé d'élèves dans chaque classe, je savais que ça allait arriver, dit Mme Harwood. Je suis triste, maintenant ils [les élèves] doivent être à nouveau isolés, ça va être difficile pour certains enfants.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !