•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grizzly tué par un train à Banff : une perte tragique, selon les experts

Une femelle grizzly et ses deux oursons près d'une route en Alberta.

L'ourse 143 a été tuée après avoir été percutée par un train le 3 septembre dernier à Banff. Ses deux bébés, dont un à la tête blonde (à gauche sur la photo), n'ont pas été revus depuis et sont présumés morts.

Photo : Photo envoyée par Julia Turner Butterwick

Radio-Canada

Selon des experts de la conservation animale, la mort brutale d’une mère grizzly heurtée par un train dans le parc national Banff au début du mois de septembre est une perte tragique pour l’espèce.

Le 3 septembre, Parcs Canada avait annoncé que l’ourse 143, âgée de 10 ans, avait été percutée et tuée par un train du Canadien Pacifique. Elle avait passé la plupart de sa vie dans l’arrière-pays du parc Banff et des parcs adjacents de Yoho et de Kootenay, en Colombie-Britannique, selon Dwight Bourdin, gestionnaire de la conservation des ressources à l’agence fédérale.

L'ourse grizzly avait été vue au cours de l'été avec deux oursons, dont l'un a la tête blonde et le corps brun, ce qui est rare. Selon M. Bourdin, aucun des deux oursons n’a été aperçu depuis l’accident, ce qui laisse présumer qu'ils sont morts. On a fouillé la région de fond en comble et on continue à surveiller le site, mais on suppose que les petits n'ont pas survécu, dit-il.

Dwight Bourdin estime qu’il est probable que les deux oursons aient été tués par un grizzly mâle ou un autre prédateur vivant dans le parc. L’ourse avait également eu des petits en 2018, mais il ne sait pas s'ils sont encore en vie.

L’accident s’était produit entre Castle Junction et Lake Louise, entre la rivière Bow et un talus escarpé. Une enquête a montré que, le jour de l’incident, des vents violents soufflaient et de l’eau ruisselait sur les lieux, ce qui a pu empêcher l’ourse d’entendre l’arrivée du train.

De nombreux accidents dans le parc depuis 20 ans

Une étude menée par Cassady St Clair, une professeure de sciences biologiques à l’Université de l’Alberta, a montré que 17 ours sont morts dans des circonstances semblables entre 2000 et 2017 dans le parc national. Celle-ci avoue que la perte de l’ourse, qui faisait partie de son étude, est déplorable. Elle avait tout à fait le profil de l’animal que l’on veut tous voir rester dans la population des grizzlys, explique-t-elle.

C’est une grande perte pour la population des grizzlys.

Cassady St Clair, professeure de sciences biologiques à l’Université de l’Alberta

Un jour avant l’accident, un membre de son équipe, Jonathan Backs, avait publié un article expliquant qu’un système d'avertissement avec des lumières clignotantes et des cloches pouvait aider à réduire la mortalité chez les animaux, puisque ceux-ci seraient alertés de l'arrivée des trains et auraient plus de temps pour quitter les voies.

Dwight Bourdin dit, pour sa part, que Parcs Canada continue les travaux d'atténuation autour des voies ferrées pour éviter davantage de morts d'animaux, mais qu’il n’y a pas de solution miracle pour éviter ce genre de situations. Je pense que l’important, c'est de continuer à améliorer nos connaissances, de continuer à faire des feux dirigés et d’apporter des améliorations à l'habitat de l'espèce, dit-il.

Selon les estimations de Parcs Canada, environ 65 grizzlys vivent dans le parc national Banff.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !