•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu d'abus malgré la permission de boire dans les parcs à Québec

Des gens sont assis sur l'herbe dans un parc en début de soirée.

Selon des données de la cour municipale et une appréciation de la police de Québec, la population a modéré sa consommation d'alcool dans les parcs cet été.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Blanchet

L'été que s'est tricoté la Ville de Québec n'a pas donné lieu aux excès. Les autorités n'ont pas remis davantage de contraventions pour désordre ou ivresse, malgré la permission de faire des barbecues et de consommer de l'alcool dans certains parcs.

Selon des données de la cour municipale obtenues par la Loi d'accès à l'information, moins d'une trentaine d'amendes ont été données dans les parcs de la ville, entre le 1er mai et le 31 août. Il s'agit d'un nombre inférieur aux années précédentes.

La compilation demandée par Radio-Canada incluait les infractions au Règlement sur la paix et le bon ordre relatives au désordre, avoir été en état d'ivresse ou avoir consommé de l'alcool illégalement.

Ainsi, à peine 28 constats répertoriés indiquaient un parc comme lieu d'infraction. La grande majorité (24) ont été délivrés pour avoir consommé de l'alcool et/ou avoir été en état d'ivresse.

Les quatre autres découlaient d'une violation des règles mises en place cet été en lien avec la pandémie.

Question de laisser la population souffler après un printemps de confinement, le maire Régis Labeaume avait en effet annoncé, début juin, que la Ville de Québec allait autoriser les barbecues dans certains parcs et la consommation d'alcool à condition d'avoir un repas.

Ces allègements, toujours en vigueur, sont permis uniquement les soirs de semaine, les jours fériés et la fin de semaine.

Des quatre contraventions touchant spécifiquement ces mesures, trois ont été remises à des personnes qui n'avaient pas de repas et une seule a été délivrée en raison du non-respect des heures autorisées.

Aucune plainte pour désordre n'a été signalée dans la requête.

Été tranquille

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) confirme de son côté que les permissions n'ont pas changé la donne sur le travail policier. Pas plus que le confinement n'a provoqué une hausse des rassemblements dérangeants dans les parcs. Nous n’avons pas vécu de problématiques particulières, affirme Étienne Doyon, porte-parole au SPVQ.

Sur l'application des règlements et la tolérance observée cet été, les policiers n'ont pas pour autant baissé la garde, poursuit-il. Des patrouilles ont été effectuées dans les parcs comme à chaque été et [...] celles-ci ont appliqué la réglementation comme chaque année.

Une foule au Festival d'été de Québec

Sans Festival d'été et autres grands événements, la capitale était beaucoup plus tranquille au cours des derniers mois.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Pour expliquer le faible nombre d'interventions, M. Doyon rappelle que la ville a été beaucoup moins festive, cette année. La majorité des grands événements, comme le Festival d'été, n'ont pas eu lieu en raison de la pandémie. L’absence de ces événements a donc fait en sorte que la ville a été moins animée que par le passé.

Là pour rester

Le mode de vie bousculé par la pandémie pourrait signifier des changements à long terme, selon le maire Régis Labeaume.

En entrevue à Radio-Canada il y a quelques semaines, il avait manifesté son enthousiasme à maintenir certaines mesures de la COVID-19, l'an prochain. Outre les parcs, des rues piétonnes et des terrasses sur le trottoir ou dans la rue ont modifié le paysage de Québec durant la saison estivale.

Ça va changer nos habitudes. On a adopté des façons de vivre qui étaient nouvelles, mais qu’on ne voudra pas laisser aller pour les prochaines années, avait déclaré M. Labeaume, confirmant que les expériences des rues partagées et des parcs seraient répétées.

Pas de changement sur le cannabis

Si la Ville se montre plus ouverte sur la consommation d'alcool, elle ne sera pas davantage permissive sur la consommation de cannabis dans les lieux publics.

Dans les parcs comme dans les artères principales, l'administration municipale campe sur ses positions. La Ville ne prévoit pas modifier sa réglementation concernant le cannabis, nonobstant le succès de la permission de consommation d’alcool et d’utilisation des barbecues dans les parcs, tranche Audrey Perreault, conseillère en communication.

À Québec, il est interdit de fumer ou de vapoter du cannabis dans une rue ou dans un endroit public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !