•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fort achalandage à la clinique mobile de dépistage de Longueuil

Plusieurs dizaines d'automobilistes en attente de passer un test de dépistage de la COVID-19.

Des dizaines d'automobilistes faisaient déjà la file aux aurores jeudi pour être sûrs de pouvoir subir un test de dépistage à la clinique mobile du Colisée Jean-Béliveau, à Longueuil.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La clinique de dépistage mobile installée à Longueuil est littéralement prise d’assaut par les citoyens, qui y faisaient la file avant même son ouverture jeudi matin.

À 8 h, une centaine de voitures étaient déjà alignées devant les tentes installées dans le stationnement du Colisée Jean-Béliveau, à Longueuil, alors que la clinique n'ouvrait qu'à 10 h.

Face aux files qui s'étiraient, le personnel de la clinique a commencé à faire passer les tests au moins une trentaine de minutes plus tôt que prévu.

À bord des véhicules, deux, trois et parfois quatre personnes attendent pour pouvoir passer un test de dépistage de la COVID-19.

Moi, je veux être testé aujourd’hui, ça fait que je suis venu de bonne heure, a confié un homme qui patientait dans son véhicule plus de deux heures avant l'ouverture de la clinique.

Certaines personnes se sont présentées à la clinique mercredi en fin d’avant-midi, mais ont malgré tout été refusées, c’est pourquoi elles se sont présentées très tôt jeudi pour être sûres de passer un test dans la journée. Et certaines viennent de loin.

Nous, on part de Sorel, parce qu’il n’y en a pas [de clinique de dépistage] à Sorel, a expliqué un automobiliste qui attendait avec sa femme dans sa voiture.

Hier, on est arrivés à 11 h ou midi et c’était plein pour la journée. Aujourd’hui, on est arrivés à 6 h 30.

Un homme interrogé dans la file d'attente

Sur place, des bénévoles et des travailleurs de la santé étaient déjà à l’œuvre pour distribuer du gel désinfectant et des masques et poser quelques questions d’usage aux gens qui désiraient être testés.

Pour éviter une congestion importante, le personnel de la clinique remet des coupons avec une heure de rendez-vous aux automobilistes et leur demande de revenir plus tard dans la journée.

Des préposés font passer des tests de dépistage de la COVID-19 à des automobilistes.

Beaucoup d'enfants se trouvent dans les véhicules qui font la file à la clinique de dépistage mobile du Colisée Jean-Béliveau.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Depuis l’appel lancé par le gouvernement Legault il y a deux jours, l’achalandage des cliniques de dépistage a bondi au Québec.

Beaucoup d'enfants sont présents. On sait que des dizaines d'écoles du Québec ont signalé la présence de cas de COVID-19 dans leurs murs depuis la rentrée, ce qui oblige beaucoup de parents et de familles à passer un test de dépistage.

À Longueuil, plus de 550 personnes ont été testées mercredi et les responsables s’attendent à en recevoir autant sinon plus au cours de la journée.

Lorsque la clinique aura atteint sa capacité maximale, on redirigera les gens vers d’autres cliniques de dépistage.

On est encore là demain au Colisée Jean-Béliveau. Ce matin on est en planification pour la semaine prochaine en vue d’augmenter notre offre.

Mélanie Malenfant, porte-parole du CISSS de la Montérégie-Est

L’augmentation soutenue des cas de COVID-19 ces dernières semaines au Québec et la mise en état de préalerte (code jaune) de huit régions dans la province par la santé publique ont incité de nombreux citoyens à subir un test de dépistage en raison de la présence de symptômes, de contacts avec une personne infectée ou encore simplement pour se rassurer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !