•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scorsese s'inquiète que le cinéma soit « relégué au second plan » pendant la pandémie

Martin Scorsese sourit et porte un complet sombre ainsi qu'une cravate bleue.

Le réalisateur américain Martin Scorsese

Photo : afp via getty images / TIZIANA FABI

Agence France-Presse

Le cinéma est en train d'être « relégué au second plan et dévalorisé » pendant la pandémie de coronavirus, a averti le réalisateur américain Martin Scorsese lors d'une présentation virtuelle au Festival international du film de Toronto.

Le fait que les festivals de cinéma continuent d'avoir lieu – improvisent, s'adaptent, font en sorte que tout fonctionne d'une façon ou d'une autre – est très émouvant pour moi, a déclaré l'auteur du film oscarisé Les Affranchis.

Parce que dans la presse et la culture populaire, il est malheureusement de plus en plus fréquent de voir le cinéma relégué au second plan et dévalorisé, se retrouvant classé dans une catégorie qui ressemble à un petit plat réconfortant, a-t-il développé.

Le réalisateur de films aussi légendaires que Taxi Driver et Raging Bull s'est félicité que le festival de Toronto puisse se tenir en pleine pandémie, même dans une formule réduite et largement virtuelle.

Le cinéma, « plus qu'une distraction »

Il s'est exprimé dans une courte vidéo introduisant la cérémonie des Tribute Actor Awards, qui récompensent des personnes travaillant dans l'industrie du cinéma pour leur contribution exceptionnelle au 7e art.

Cette forme d'art remarquable a toujours été et sera toujours beaucoup plus qu'une distraction. Le cinéma, à son meilleur niveau, est une source d'émerveillement et d'inspiration.

Martin Scorsese

Le cinéaste avait fait polémique l'an dernier en déclarant que les longs métrages de Marvel, dédiés à l'univers des superhéros et superhéroïnes, n'étaient pas du cinéma et s'apparentaient davantage à un parc d'attractions.

Il avait déploré dans une tribune au New York Times que les productions Marvel soient en train d'éclipser le cinéma d'auteurs et d'autrices dans les salles. Les films Marvel sont dépourvus de quelque chose qui est essentiel au cinéma: la vision individuelle d'un artiste, avait-il écrit.

En cours depuis jeudi dernier, le Festival international du film de Toronto, plus grande célébration du 7e art en Amérique du Nord, se terminera dimanche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !