•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les EssentiElles fêtent leurs 25 ans au Yukon

Des femmes tiennent une banderole sur une photo d'archives.

Angélique Bernard (gauche) a été la première employée de l'organisme, représentant le Yukon à la Marche des femmes à Ottawa en 2000.

Photo : Angélique Bernard

Depuis sa création au Yukon en 1995, le groupe de femmes francophones Les EssentiElles n'a cessé de faire preuve de créativité et l’année en cours en est bien la preuve.

C’est vraiment une année assez extraordinaire dans tous les sens du terme! affirme avec le sourire la directrice de l’organisme, Emilie Dory.

Entre la pandémie, son anniversaire et un déménagement dans de nouveaux locaux, l’organisme a dû faire preuve d’ajustements, mais les défis n’auront pas pour autant miné ses ambitions d’avenir.

Une femme sourit à la caméra avec un patron de couture entre les mains devant une table de bouts de tissus.

Les EssentiElles offre plusieurs ateliers comme celui-ci en 2007 pour la fabrication de serviettes sanitaires. « Une accroche » pour certaines femmes, dit Emilie Dory, qui ensuite reviennent pour d'autres services.

Photo : Les EssentiElles

Tantôt politique ou organisateur d'ateliers, le groupe Les EssentiElles vient en aide aux nouveaux parents, aux artistes féminines ou à toutes celles qui cherchent un endroit où échanger. L’organisme est également responsable des campagnes de sensibilisation sur le consentement ou la prévention des agressions sexualisées.

En 25 ans, c’est la population du Yukon qui a vraiment évolué. Il y a vraiment une mixité entre les pionnières qui ont créé ce groupe, et l’augmentation de la population immigrante depuis une dizaine d'années. C’est un assez beau mélange.

Emilie Dory, directrice générale Les EssentiElles

Des débuts culturels

La commissaire du Yukon, Angélique Bernard, a été la première employée de l’organisme quelques mois après sa création : À l’époque, les femmes se rencontraient pour manger et discuter et de là est venue l’idée de créer un groupe à part pour vraiment promouvoir les femmes francophones au Yukon.

Des femmes avec des banderoles sur la rue.

Le groupe de femmes francophones Les EssentiElles a toujours tenu à s'associer aux activités des groupes de femmes anglophones ou des Premières Nations, comme ici, lors de la marche « La rue, la nuit, les femmes sans peur » en 2009.

Photo : Les EssentiElles

Mme Bernard se souvient que les débuts de l'organisme visaient un rapprochement des autres organismes de femmes du Yukon, anglophones et des Premières Nations, pour appuyer les campagnes de sensibilisation.

Je dois mon parcours beaucoup aux EssentiElles parce que mon passage pendant cinq ans a été la porte d’entrée de mon engagement envers la francophonie yukonnaise, le mouvement féministe et mon bénévolat qui ont mené au poste de commissaire.

Angélique Bernard, commissaire du Yukon

Les dossiers dans les années 90, se rappelle-t-elle, touchaient plutôt la question de l’équité salariale et ensuite tout ce qui entourait le secteur de la santé. C’est à la même époque que le groupe propose les activités en français de « Mamans, papas et bébés en santé ».

Au Yukon, on a toujours été un peu à part parce que les pères font partie du programme, dit Mme Bernard. Ça montre l’idée d’innovation qu’on a au Yukon.

Nouveaux locaux, nouveaux services

Le programme pour les nouveaux parents demeure l’activité phare de l’organisme avec une cinquantaine de participants. 

La pandémie a forcé un ajustement au concept de repas et d’échanges offert habituellement. Ainsi, ce sont des paniers-repas qui sont présentement distribués.

Mais avec de nouveaux locaux qui seront inaugurés jeudi lors des célébrations du 25e anniversaire, Emilie Dory affirme qu’il sera possible de bonifier les services.

Espace commun avec un sofa et des étagères de livres.

Les nouveaux locaux du groupe de femmes francophones Les EssentiElles, plus spacieux, permettront la tenue sur place d'activités.

Photo : Les EssentiElles

Nous avons une salle d’allaitement [qui fait aussi] salle de jeu. Une pièce avec coin confortable et qu’on peut fermer. [...] Comme on a beaucoup de place, on va étendre le service d’échange de vêtements et de matériel pour maman et bébés jusqu’aux 4 ou 5 ans.

Les EssentiElles inaugureront aussi un congélateur communautaire, le « congElle », dans lequel les participantes pourront trouver viande et poissons offerts gratuitement.

Une salle remplie de vêtements et de boîtes.

Le groupe Les EssentiElles offre entre autres un programme d'échange de vêtements et de matériel pour les enfants, de la naissance à l'âge de 5 ans.

Photo : Les EssentiElles

Des activités mensuelles de rencontres sont prévues pour un nombre maximum de 10 participantes tant que la pandémie perdure, où les femmes seront invitées à discuter sur un thème donné ou s’adonner à une soirée de jeux de société.

On n’a pas encore fait le tour de tout ce qu'on va faire au cours de ces soirées-là, affirme la directrice, ravie de pouvoir accueillir plus de participantes. Le nouvel espace, ajoute-t-elle, offre plus d’intimité que le Centre de la francophonie où logeait l’organisme depuis ses débuts.

L’organisme devrait être un cocon, un refuge, qu’on puisse venir de façon anonyme autant pour les bonnes choses de la vie que les plus difficiles, rappelle Emilie Dory.

Emilie Dory à son bureau.

Emilie Dory, directrice générale du groupe de femmes francophones au Yukon Les EssentiElles.

Photo : Émilie Dory

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !