•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La population a « le gros bout du bâton » pour limiter la transmission communautaire

Une femme coiffée d'une tuque en laine et le visage recouvert d'un masque médical est penchée sur son téléphone cellulaire.

La santé publique multiplie les appels au respects des mesures sanitaires.

Photo : Reuters / Dylan Martinez

La santé publique a beau multiplier les efforts de sensibilisation et les appels au respect des mesures sanitaires, le directeur par intérim pour la Capitale-Nationale, le Dr Jacques Girard, rappelle que c’est la population qui aura toujours le « gros bout du bâton » pour endiguer la propagation de la COVID-19.

Sur les 53 cas signalés mercredi dans la région de la Capitale-Nationale, à peine 20 % ont pu être liés directement à des éclosions connues, précise le Dr Girard. Tous les autres sont des cas isolés qui proviennent de différents milieux et qui mèneront, peut-être, à la détection d’autres personnes qui ont contracté la maladie parmi leurs contacts.

Le Dr Jacques Girard, directeur de santé publique par intérim au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Le Dr Jacques Girard, directeur de santé publique par intérim au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Photo : Radio-Canada

La population, c'est elle qui a le gros bout du bâton, fait valoir le Dr Jacques Girard. Il ajoute que la santé publique a beau multiplier les efforts de sensibilisation et augmenter les effectifs consacrés aux enquêtes épidémiologiques, ce sera en vain si les mesures sanitaires sont prises à la légère.

Les prochains jours seront déterminants, plaide-t-il, notant que même si le nombre de nouveaux cas quotidien est stable depuis quelques jours, les chiffres n’avaient jamais été aussi élevés ce printemps pendant les premiers mois de la pandémie.

Le directeur de santé publique n’est toutefois pas en mesure de préciser si la région de la Capitale-Nationale tombera, ou non, en alerte modérée, symbolisée par la couleur orange selon le système de suivi de la COVID-19 dévoilé par le gouvernement Legault en début de semaine.

Pour l'instant, on a beaucoup de nouveaux cas. C'est comme un plateau. Est-ce que c'est véritablement un plateau? Est-ce que ça va redescendre? Remonter? Où est-ce que ça va demeurer stable encore une semaine? C'est tous ces paramètres-là qu'on regarde.

Situation stable à Place Alexandra

Malgré un troisième décès annoncé mercredi et 40 résidents atteints de la COVID-19 à la résidence pour personnes âgées Place Alexandra, dans le secteur de Beauport, la santé publique estime que la situation est sur le point d'être maîtrisée.

La résidence Place Alexandra .

Place Alexandra est aux prises avec une importante éclosion de COVID-19 depuis plusieurs jours.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Le Dr Jacques Girard souligne qu'il n'y a pas eu de nouveaux cas dans cet établissement depuis plusieurs jours.

On ne pense pas que ça va aller plus loin. On a testé tout le monde dans ce milieu-là. On a 60 ou 70 personnes du CIUSSS qui y travaillent actuellement, alors on a vraiment la situation en main. Tout est contrôlé.

Fermeture du Bar le sacrilège

Le Bar le sacrilège, situé sur la rue Saint-Jean, ferme temporairement ses portes, le temps que les employés passent un test de dépistage de la COVID-19.

On ne parle pas d'une éclosion, mais les propriétaires de l'établissement ont été prévenus qu'une cliente qui a fréquenté l'endroit vendredi soir a depuis reçu un résultat positif. Ils n'ont pas voulu prendre de chance, d'où la fermeture préventive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !