•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Livres : Le jardin, un roman coréen inquiétant

Le jardin est le quatrième roman de l'écrivaine Hye-Young Pyun traduit en français. On aperçoit sur la couverture des fleurs tâchées de sang.

«Le jardin» est le quatrième roman de l'écrivaine Hye-young Pyun traduit en français.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

  • Anne-Josée Cameron

Comparé à Misery de Stephen King et récipiendaire du prestigieux prix Shirley Jackson, Le jardin de l'écrivaine coréenne Hye-young Pyunn ne peut qu'intriguer. Les amateurs de littérature un peu glauque apprécieront.


Le Jardin (Payot et Rivages)
Hye-Young Pyun


Ogui est un homme ordinaire, amoureux de sa femme avec qui il vit depuis quelques années, lorsqu'il est impliqué dans un grave accident de voiture qui le laisse veuf et complètement paralysé.

Après de longs mois dans le coma, il est finalement renvoyé à la maison. Sa belle-mère vient alors s'installer chez lui pour le soigner.

Il a peur. Comme il n'a rien à faire. Il souffle vainement dans son sifflet. Personne ne vient le voir. Personne pour se moquer de lui ou l'embêter, personne pour crier sous le coup de la colère. La maison est plongée dans le noir.

Une citation de Extrait du roman de Hye-young Pyun, « Le Jardin »

Le thème de l'enfermement est exploré sous toutes ses formes dans ce court roman de 154 pages. Qu'il soit psychologique, physique ou encore géographique.

Totalement dépendant des autres, Ogui se retrouvera peu à peu isolé et pratiquement oublié du reste du monde.

Seule son étrange belle-mère demeurera à ses côtés, s'occupant de son gendre et du jardin de sa défunte fille.

Le récit, qui évolue à la frontière du réalisme et de l'étrange, est porté par des phrases simples et efficaces.

Le suspense est bien distillé et diverses facettes du caractère du héros sont peu à peu révélées, au fil des souvenirs de celui-ci.

Le jardin est un plaisir de lecture pour quiconque aime le glauque et le fantasmagorique.

Le prix Shirley Jackson

Prix créé en hommage à l'auteure Shirley Jackson (1916-1965), il récompense des oeuvres de suspense psychologique, d'horreur ou de fantastique.

  • Anne-Josée Cameron

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Québec

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Québec.