•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les amendes les plus élevées au pays, promet Doug Ford

Une infirmière qui fait du dépistage à l'auto fait passer un questionnaire.

Le gouvernement souhaite que les pharmacies fassent des tests de dépistage pour pouvoir répondre à la demande.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

L’Ontario va imposer des amendes à ceux qui ne respectent pas les règles sanitaires et le nombre de personnes autorisées lors de rassemblements.

Lors de sa conférence de presse quotidienne, mercredi, le premier ministre Doug Ford a déclaré qu’elles seraient les plus élevées au pays et pourraient être annoncées dès demain.

Doug Ford doit discuter avec son cabinet de la possibilité de réduire la taille des rassemblements sociaux autorisés, pour contrôler la progression des nouveaux cas dans certaines régions. Présentement, il peut y avoir 50 personnes à l’intérieur et 100, à l’extérieur.

Mercredi, la santé publique ontarienne a recensé 315 nouveaux cas et 2 morts supplémentaires.

Plus de tests

La province promet aussi d’augmenter le nombre de tests de dépistage qui pourront être faits quotidiennement, pour faire face à une hausse importante de la demande qui force les gens à attendre plusieurs heures, à certains endroits.

Maintenant que les centres de dépistage peuvent effectuer 25 000 tests par jour, le prochain objectif est de 50 000 tests par jour. Un objectif que le gouvernement veut atteindre, grosso modo, d’ici un mois, selon la ministre de la Santé, Christine Elliott.

Le gouvernement est en discussion notamment avec les pharmacies, pour qu’elles puissent faire du dépistage.

Le premier ministre Ford a déclaré qu’il pourrait y avoir des milliers d’endroits supplémentaires où se faire tester. Les gens qui sont asymptomatiques pourraient se rendre dans ces endroits pour subir le test, et libérer ainsi des places dans les centres de dépistage qui s’occuperaient de ceux qui sont malades.

Un code de couleurs, comme au Québec?

Doug Ford s’est aussi dit ouvert à l’utilisation, comme au Québec, d’un code de couleurs pour déterminer quelles sont les régions où le risque de contracter le coronavirus est le plus élevé.

Il aime le concept, parce qu’il est facile à comprendre, et dit qu’il en discutera avec le premier ministre François Legault, vendredi à Ottawa.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !