•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblements en dehors des heures de classe : une approche plus punitive envisagée

Des élèves sont regroupés et peu d'entre eux portent un masque.

Rassemblement d'élèves à l'extérieur d'une école secondaire d'Halifax cette semaine.

Photo :  CBC

Kassandra Nadeau-Lamarche

Plus d’une semaine après la rentrée scolaire en Nouvelle-Écosse, aucun cas de COVID-19 n’a encore été détecté parmi les élèves et le personnel des écoles de la province. Toutefois, des rassemblements impromptus d'élèves du secondaire en dehors des heures de classe, sans masque et sans distanciation, inquiètent la Santé publique.

Ces situations ont été observées à quelques endroits dans la province depuis la semaine dernière.

En ce moment, la Santé publique oblige les élèves de 4e année et plus à porter le masque à l’intérieur et dans les autobus scolaires. Cependant, les élèves, comme tous les Néo-Écossais, sont censés pratiquer la distanciation physique lorsqu'ils sont en groupes.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la province, affirme qu’il s’agit d’un défi permanent. Comme avec les étudiants universitaires, nos élèves du secondaire doivent comprendre qu'ils font partie d'une communauté plus large et qu'ils doivent prendre les mêmes mesures que tout le monde pour assurer leur sécurité, mais aussi pour assurer la sécurité de tout le monde , a-t-il expliqué vendredi.

Le docteur Strang devant une plaque qui indique qu'il se trouve dans les bureaux du ministère de la Santé.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le 11 septembre 2020.

Photo : CBC / David Laughlin

Le Dr Strang indique qu'il veut pour l’instant s'en tenir à une approche légère et éducative en matière d'application des règles entourant la COVID-19 des élèves du secondaire. Toutefois, il affirme qu’il ne ferme pas la porte à éventuellement donner des contraventions.

Au Centre scolaire Étoile de l’Acadie à Sydney, au Cap-Breton, le personnel tente de sensibiliser le plus possible les élèves au respect des règles.

Selon la directrice de l’établissement Noémie Godin, plusieurs élèves ont l’habitude d’aller rejoindre leurs amis qui fréquentent d’autres établissements scolaires de la ville sur l’heure du dîner. On a fait beaucoup de sensibilisation auprès des élèves eux-mêmes, des parents, des familles. Les enseignants font toujours le rappel parce que lorsqu’ils sortent sur l’heure du midi, on les sensibilise au port du masque et à garder la distance , affirme-t-elle.

Entrée principale de l'école.

Le Centre scolaire Étoile de l'Acadie, situé à Sydney au Cap-Breton.

Photo : Radio-Canada / Le Réveil Nouvelle-Écosse

La directrice assure qu’en général, les élèves sont respectueux des règles sur le territoire de l’école. On est vraiment impressionnés. Je pense que ça a été tellement présent dans leur vie dans les derniers mois et ils sont vraiment capables de faire la différence et de comprendre que c’est temporaire et que ça a une raison d’être.

Aucun cas dans les écoles jusqu’à maintenant, mais le 811 débordé

Pour l’instant, aucun cas n’a été détecté dans une école depuis le début de l’année scolaire, ni chez des élèves ni chez des membres du personnel. En fait, il n’y a pas eu de nouveau cas dans la province depuis la fête du Travail.

Toutefois, dans les dernières semaines, le service d’Info Santé 811 a été débordé.

Lundi dernier, le ministère de la Santé et du Bien-être a publié un message sur les médias sociaux expliquant que le service recevait un nombre plus élevé d’appels que la normale et demandant à la population d’être patiente.

Cet achalandage force plusieurs parents à devoir s’absenter du travail pendant plusieurs jours, puisque le processus de dépistage est devenu trop long.

La province dit qu'il est trop tôt pour établir les raisons pour lesquelles il y a eu autant d'appels au 811 lundi, mais des parents et des élus de l'opposition demandent des améliorations au système.

Nous mettons les gens dans une situation terrible , a déclaré le chef du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, dans un communiqué de presse. Ils sont obligés de choisir entre s'absenter du travail pendant plusieurs jours à la fois, ou ne pas appeler le 811.

Le Nouveau Parti démocratique a indiqué dans un communiqué qu'il réclamait un plan pour accélérer les tests afin de gérer toute éventuelle éclosion dans les écoles. Le parti souhaite que le plan prévoie du dépistage directement dans les écoles. Il souhaite également les résultats soient donnés en priorité aux élèves ainsi qu'au personnel des écoles et aux enseignants.

Aucune annonce n’a été faite en ce sens pour l’instant.

Avec les informations du Réveil Nouvelle-Écosse/Terre-Neuve-et-Labrador et d’Emma Davie et Jon Tattrie de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !