•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dépistage de la COVID-19 à l'école n'est pas populaire chez certains élèves de Regina

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Mercedes Phillips, portant un masque.

Mercedes Phillips, 15 ans, est une élève de l'école Campbell Collegiate à Regina. Elle fait partie des 253 élèves de l'établissement ayant consenti à subir un test à l'école pour aider à surveiller la propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Bonnie Allen

Radio-Canada

Des tests de dépistage volontaires de la COVID-19 sont offerts cette semaine dans des écoles secondaires de Regina, de Saskatoon et de Prince Albert. Cependant, dans une école de la capitale provinciale, moins de 20 % des élèves se sont inscrits pour se faire tester.

Le programme de dépistage volontaire de la COVID-19 est offert mercredi à l’École Campbell Collegiate de Regina. Il sera aussi offert à l’École secondaire Holy Cross de Saskatoon le jeudi 17 septembre et à la polyvalente Carlton de Prince Albert les 17 et 18 septembre.

Des quelque 1400 élèves qui fréquentent l’École Campbell Collegiate de Regina, 253 étaient inscrits, en date du 15 septembre, pour passer le test de dépistage.

Mercedes Phillips, une élève de 10e année, en fait partie.

Je me fais tester parce que nous portons des masques à l’école pour assurer la sécurité de nos pairs, du personnel et de nos enseignants. Je crois donc qu’en étant testés nous ne faisons que renforcer notre protection, explique-t-elle.

Elle est d’avis que le test de dépistage de la COVID-19 devrait être obligatoire, puisqu’il ne prend que quelques minutes.

Nous avons beaucoup d’élèves qui courent un plus grand risque de l’avoir [la COVID-19] avec, vous savez, des conditions prédéterminées [et] qui vont à l’école, dit-elle. C’est un test très simple. Il faut environ 2 minutes pour le faire, puis cela pourrait sauver la vie de tant de personnes.

Mercedes Phillips a entendu dire que des gens n’aiment pas l’idée de se faire introduire un écouvillon dans la cavité nasale, mais elle croit toutefois que d’avoir la COVID-19 serait pire.

Il y a des gens asymptomatiques, où vous pourriez être porteur du virus sans savoir que vous l’avez, affirme-t-elle.


Au départ, l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) avait l’intention de dépister autant d’élèves que possible. Pour les élèves âgés de 14 ans et moins, les parents doivent signer un formulaire de consentement. Certains parents ont choisi de ne pas faire subir le test à leurs enfants.

Le spécialiste en prévention des infections et professeur adjoint Colin Furness, de l’Université de Toronto, estime que ce type de dépistage est important : Nous devons nous inquiéter de la contagion chez les gens qui ne semblent pas être malades, c’est ce qui est le plus dangereux.

Selon la SHA, bien que le nombre d’élèves ayant consenti au test de dépistage ne représente pas l’ensemble de la population scolaire, certains ont pu y avoir accès autrement, notamment en appelant la ligne téléphonique 811 ou se rendant dans des centres de dépistages mobiles.

Par ailleurs, la province a l’intention de continuer à effectuer le dépistage de la COVID-19 dans les écoles tout au long de cette session scolaire.

Mercedes Phillips croit qu’il y a une fatigue due à la pandémie chez les jeunes, surtout après un été raccourci. Nous sommes confinés depuis des mois maintenant et je pense que beaucoup de gens sont fatigués, prêts à s’en sortir et commencent à enfreindre les règles, explique-t-elle.

L’élève de 10e année affirme qu'elle a entendu parler de fêtes pour souligner la rentrée scolaire et que les fêtes à Regina se déroulent discrètement.

Elle sait que la région de Regina n’a pas été aussi touchée par la COVID-19 que d’autres en Saskatchewan. Je ne pense pas que nous serons en sécurité tant que tout le monde ne portera pas un masque et que tout le monde n’aura pas été testé, estime-t-elle cependant.

Avec les informations de Bonnie Allen et Heidi Atter

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !