•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition à Québec réclame la publication des projections de la santé publique

Marie Montpetit, debout derrière un lutrin et devant des drapeaux du Québec, durant un point de presse.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé, Mme Marie Montpetit.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Libéraux et péquistes demandent au gouvernement Legault de rendre publiques les projections élaborées par la santé publique sur l’évolution de la pandémie au Québec pour permettre aux citoyens de savoir à quoi s’en tenir.

En point de presse mercredi matin, la porte-parole libérale en matière de santé, Marie Montpetit, est revenue sur la mise en garde qu’a servie hier le premier ministre François Legault aux Québécois.

Le premier ministre a évoqué hier que l’heure est grave. […] Il a parlé d’une situation critique, qui pourrait engendrer de nouvelles mortalités si la situation continue d’évoluer à ce rythme. [...] On comprend que le premier ministre est préoccupé et on veut comprendre pourquoi, a sougliné la députée libérale de Maurice-Richard.

Compte tenu du ton alarmiste avec lequel François Legault s’est adressé aux Québécois, les libéraux estiment que le fait de n’avoir aucune information ni donnée supplémentaires pour justifier cette sortie sème l’inquiétude et la confusion chez les Québécois.

On comprend qu’il a des informations de la part de ses experts en santé publique, de ses épidémiologistes, qui lui permettent de tirer ce genre de conclusion.

Marie Montpetit, porte-parole libérale en matière de santé

C’est toujours le problème. On doit réagir sur des données qui ne sont accessibles qu’au gouvernement. […] Ses recommandations, le Dr Arruda ne les donne qu’au premier ministre, a pour sa part déploré le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

C’est pourquoi libéraux et péquistes demandent à François Legault de publier les projections et les informations sur lesquelles il se base pour gérer la crise, comme il l’avait fait au printemps dernier.

En mai, nous avions demandé une projection des cas potentiels et on nous l’avait fourni une fois. […] Pourquoi ne pas réclamer à nouveau une projection sur ce à quoi ça va ressembler d’ici la fin septembre, octobre, novembre? a proposé Pascal Bérubé.

Pour sa collègue libérale Marie Montpetit, le gouvernement ne peut exiger des sacrifices aussi importants de la population sans lui expliquer précisément pourquoi.

On veut savoir ce qui s’en vient, ce qui nous attend, affirme la députée en soulignant que les gens doivent pouvoir se préparer s’il devait y avoir de nouvelles fermetures d’écoles, de commerces ou mesures de confinement.

Pour l’opposition, il est temps que le gouvernement fasse preuve de plus de transparence.

Pascal Bérubé, debout, durant un point de presse..

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

J’ai l’impression que les codes de couleurs, ça montre davantage l’inquiétude du gouvernement qu’une gradation des mesures.

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois

On a le pire bilan au Canada, l’un des pires bilans au monde, le gouvernement doit faire mieux qu’au printemps, a rappelé Marie Montpetit, estimant que les conférences de presse du gouvernement et son système de couleurs ne servent depuis un moment qu'à communiquer son anxiété.

Pas de nouvelles projections, selon Legault

Gros plan de François Legault, assis durant un point de presse.

Le premier ministre du Québec François Legault.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Questionné par les journalistes en point de presse sur la publication des données et projections de ses experts et épidémiologistes, François Legault a expliqué que son gouvernement ne dispose pas de nouvelles projections épidémiologiques.

Je n’ai pas d’autres projections que celles qu’on a publiées au mois de juin. Ce que je comprends, c’est que quand on regarde le nombre d’hospitalisations et de décès, c’est pas mal en ligne avec la prévision du mois de juin.

Par contre, souligne François Legault, il y a beaucoup plus de nouveaux cas que ce qu’on avait prévu au mois de juin.

Ajoutant qu’il avait discuté de la situation avec ses homologues des autres provinces le week-end dernier, François Legault assure qu’on observe le même phénomène ailleurs au pays.

Au-delà des projections, François Legault a réitéré que le problème le plus pressant auquel fait face le Québec actuellement en termes de santé publique sont les rassemblements et les fêtes privées, qui alimentent une transmission communautaire de la maladie.

Ces événements où on délaisse le port du masque et la distanciation sont devenus le principal vecteur de propagation de la maladie au Québec, rappelle le premier ministre.

Le dernier bilan publié mercredi matin par la santé publique faisait état de 303 nouveaux cas de COVID-19 et un décès supplémentaire rapportés au Québec au cours des dernières 24 heures.

Ce qui porte le bilan total de la pandémie à 65 857 cas confirmés et 5788 décès pour le Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !