•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accord avec Oracle pourrait prochainement sauver TikTok aux États-Unis

Un téléphone affichant le logo de TikTok, devant le drapeau des États-Unis.

L'accord Cela ferait du groupe de logiciels Oracle le partenaire technologique de confiance de TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance.

Photo : Getty Images / Cindy Ord

Agence France-Presse

Les adeptes de TikTok aux États-Unis retiennent leur souffle, les jours de l'application de vidéos légères y étant comptés. Toutefois, Donald Trump a évoqué mardi qu'un accord était très près d'être conclu avec le groupe californien Oracle, qui pourrait permettre à TikTok de continuer à être accessible dans le pays.

Nous allons prendre une décision très prochainement, a affirmé depuis la Maison-Blanche le président américain, qui a également fait part de son respect pour le patron d'Oracle, Larry Ellison, un de ses proches.

Cela ferait du groupe de logiciels Oracle le partenaire technologique de confiance de TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance.

L'enjeu est énorme, car l'accord doit permettre aux Américains et Américaines de continuer à utiliser cette application, qui offre de concevoir de courtes vidéos, souvent musicales ou humoristiques.

Elle est très prisée des 15-25 ans, et revendique 1 milliard d'utilisateurs et utilisatrices dans le monde.

Toutefois, depuis le début de l'été, Donald Trump accuse d'espionnage pour le compte du gouvernement chinois l'entreprise derrière l'application, dans un contexte de vives tensions entre les deux puissances économiques que sont les États-Unis et la Chine. Il n'a toutefois jamais fourni de preuve.

Le président américain, qui veut que les opérations américaines de TikTok passent sous pavillon américain, a signé un décret au début du mois d'août pour en exiger la vente d'ici le 20 septembre, sous peine d'interdiction aux États-Unis.

La plateforme, qui rejette les accusations selon lesquelles elle servirait à fournir des informations à Pékin, a porté plainte contre le gouvernement américain.

Le géant américain de l'informatique Microsoft, allié au géant des supermarchés Walmart, avait fait une offre de rachat pour les activités de TikTok aux États-Unis.

L'opération a toutefois été rejetée dimanche par ByteDance, laissant le champ libre à Oracle, alors que le format d'un partenariat semble être privilégié à celui d'une vente pure et simple.

TikTok et Oracle ont confirmé l'existence d'un tel projet, sans détailler son contenu.

Contactées par l'Agence France-Presse, les entreprises Oracle et TikTok n'ont pas répondu, tout comme le département américain du Trésor, également sollicité.

Un rachat de moins en moins probable

Selon plusieurs médias américains, une vente de TikTok n'est pas à l'ordre du jour.

Le Financial Times, qui cite des sources proches du dossier, affirme pour sa part que les États-Unis accueilleront le nouveau siège des opérations mondiales de TikTok et qu'Oracle deviendra actionnaire minoritaire de la plateforme.

ByteDance, le propriétaire chinois de TikTok, resterait actionnaire majoritaire du réseau social.

Le partenariat, une fois signé, devra quoiqu'il en soit être validé par le Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis (CFIUS).

Le sort de TikTok est un enjeu diplomatique entre la Chine et les États-Unis, entre lesquels plusieurs fronts se sont ouverts ces derniers mois.

Le ministère chinois du Commerce avait allumé un contre-feu en amendant – pour la première fois depuis 2008 – sa liste des technologies soumises à des restrictions ou interdictions d'exportation.

Celle-ci comprend désormais, entre autres, des technologies d'intelligence artificielle (traitement des données, recommandation de contenus, etc.) qui ont fait le succès de l'application TikTok, où les vidéos s'affichent sur l'écran des internautes principalement en fonction de leurs goûts, et beaucoup moins de leurs contacts.

ByteDance avait dans la foulée fait savoir qu'il respecterait strictement les nouvelles règles de Pékin, c'est-à-dire l'obtention d'une licence d'exportation auprès des autorités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !