•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transparence : les résolutions de Mariannick Mercure rejetées par le conseil municipal

La salle du conseil municipal où tous les élus sont assis.

La plupart des conseillers ont tenu à s'exprimer sur cette résolution.

Photo : Radio-Canada / Anne-Andrée Daneau

Les résolutions de la conseillère Mariannick Mercure, déposées mardi soir au conseil municipal concernant la transparence, ont été balayées du revers par la majorité des élus. Tous se sont dits en faveur de cette transparence, mais n’ont pas voulu aller de l’avant avec cette résolution dans sa forme actuelle.

La conseillère du district des Forges demandait entre autres que l’on révise la définition du huis clos de manière à permettre aux journalistes d’assister à certaines rencontres du conseil et que les procès-verbaux des comités de travail auxquels siègent les conseillers puissent devenir publics.

Selon plusieurs conseillers, la proposition a été débattue longuement lors de la séance de travail de mardi après-midi en huis clos, en plus d’être publiquement discutée pendant plus de 30 minutes au conseil municipal en soirée.

Je sens l’unanimité d’aller de l’avant avec le dossier de la transparence, je souhaite une limite dans le temps, d’ici la fin de l’année, il faudrait avoir un plan de match, en cette matière-là.

Dany Carpentier, conseiller du district de La-Vérendrye

La principale intéressée était évidemment déçue du résultat. En huis clos, ça a été difficile, il y avait beaucoup d’oppositions, la résolution d'aujourd'hui, on en discute depuis deux ans, a-t-elle dit.

Elle ajoute qu’elle a pris en considération les demandes de ses collègues et espère que les discussions pourront continuer.

Malheureusement, ce débat n’est toujours pas fait et là certains conseillers disent ''on va proposer autre chose, on va travailler là-dessus'', mais mon dieu, ça fait trois ans, alors proposez-en des choses, ça fait des années qu’on en parle et ça va me faire tellement plaisir d’appuyer leurs démarches, a-t-elle souligné à la sortie du conseil municipal.

Tous pour la transparence

Plusieurs ont tenu à préciser leur pensée par rapport à ce vote. Par exemple, Ginette Bellemare, du district de Richelieu, considère pour sa part que son organisation en fait assez.

On peut démontrer et constater qu’on a maintenant favorisé la participation citoyenne, la consultation citoyenne, l’ajout de ressources pour les services des communications de la Ville, avec les journalistes qui peuvent assister à la session de travail, la webdiffusion et deux citoyens qui sont maintenant présents à notre commission.

Ginette Bellemare, conseillère du district de Richelieu

Celle qui a connu de vifs échanges sur les réseaux sociaux avec la conseillère du district des Forges a dit ne pas être en mesure de voter pour ces résolutions, dans la situation actuelle.

Je suis pour, en majuscule, la transparence, mais je suis aussi pour un travail d’équipe et de collaboration et je suis aussi pour un climat de travail sain et respectueux. Les objectifs sont louables en soi et j'y adhère complètement, mais je ne peux pas adhérer à cette façon de faire là, a précisé Valérie Renaud-Martin.

De son côté, François Bélisle de Pointe-du-Lac affirme qu’adopter une telle résolution engendrerait des coûts pour la Ville, ce qu’il ne souhaite pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !