•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta veut restreindre le droit au revenu garanti pour les personnes handicapées

Une personne handicapée se tient devant les escaliers.

Près de 70 000 personnes bénéficient du programme de revenu garanti en Alberta.

Photo : iStock / Manuel Faba Ortega

Radio-Canada

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a indiqué que son gouvernement allait évaluer les critères d'admissibilité pour le programme de revenu garanti pour les personnes sévèrement handicapées (AISH) afin de faire des économies, soulevant l'inquiétude des gens touchés.

Jason Kenney a déclaré que le gouvernement devait évaluer le nombre de personnes admissibles .

Au départ, AISH était un programme conçu pour les personnes gravement handicapées, mais le nombre de personnes qualifiées a augmenté beaucoup, beaucoup plus rapidement que la population, a expliqué le premier ministre. Il est donc nécessaire de se pencher sur des questions comme quels sont les critères?, comment définissons-nous les personnes gravement handicapées?

Tant que les gens sont admissibles, ils ne perdront pas leurs avantages, dit M. Kenney.

Les clients d'AISH reçoivent un maximum de 1685 $ par mois en prestations de base, soit un peu plus de 20 000 $ par année. Près de 70 000 Albertains comptent sur cet argent pour subvenir à leurs besoins de base comme la nourriture et le logement.

Pour être admissibles, les bénéficiaires doivent être âgés d'au moins 18 ans et ne pas être admissibles à une pension de la Sécurité de la vieillesse. Ils doivent démontrer qu’ils ont une condition médicale qui doit être le principal facteur limitant leur capacité à gagner leur vie.

La députée néo-démocrate Marie Renaud a qualifié de ridicule et d’insultant que le gouvernement souhaite limiter l’admissibilité au programme.

Selon elle, il existe un processus d'évaluation difficile, intrusif et compliqué pour être admissible aux prestations. Les gens qui réussissent ce processus sont en fait gravement handicapés , dit Marie Renaud, porte-parole de l'opposition officielle en matière de services communautaires et sociaux.

À la fin 2019, le gouvernement a désindexé les paiements d'AISH de l'inflation, ce qui signifie que les prestations n'augmenteront plus avec l'augmentation du coût de la vie.

La présidente de l’organisme Inclusion Alberta , Trish Bowman, estime que le gouvernement s’attaque aux plus vulnérables pour renflouer ses coffres.

En plus en pandémie, ça ajoute un stress pendant une période où les gens sont déjà stressés parce qu’ils font face à toutes sortes de défis supplémentaires. L’incertitude créée vient ajouter à tout cela , dit Trish Bowman, dont l'organisation défend les intérêts des Albertains ayant une déficience intellectuelle.

Je comprends qu'en tant que province, nous devions faire des économies, mais je pense qu'en s’attaquant aux gens déjà marginalisés et qui vivent au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté, on s'attaque à la mauvaise cible.

Avec les informations de Mirna Djukic

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !