•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FJCF continuera de rassembler les jeunes francophones en temps de pandémie

Sue Duguay.

Sue Duguay, présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française a été reconduite dans son poste dimanche.

Photo : Radio-Canada

La Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) a tenu sa 46e assemblée générale annuelle le week-end dernier. L’une des priorités qui s’en sont dégagées est de continuer d’offrir des expériences en français aux jeunes en situation minoritaire, même en temps de pandémie.

Le principal, c’est de continuer d’offrir des opportunités de vie en français à la jeunesse canadienne d’expression française, affirme la présidente de la FJCF, Sue Duguay.

Quand on habite dans un contexte de minorité [linguistique], c’est commun qu’on n’ait pas la chance de parler français au quotidien, poursuit-elle.

Avant la pandémie, la FJCF cherchait à combler ce besoin en rassemblement physiquement de jeunes francophones de partout au pays grâce à des événements tels que les Jeux de la francophonie canadienne, le Parlement jeunesse pancanadien et le Forum jeunesse pancanadien.

On ne peut pas garantir le quotidien en français pour tous et toutes, mais on peut très certainement offrir ces expériences-là, ces événements-là, ajoute Sue Duguay.

Or, pandémie oblige, les rassemblements et les déplacements au pays sont découragés. La FJCF assure toutefois qu’elle cherche de nouvelles manières d’offrir une expérience francophone aux jeunes du pays.

Le Forum jeunesse pancanadien qui devait se dérouler en hiver 2021 aurait été un rassemblement physique le temps d’une fin de semaine. L’événement sera désormais virtuel, selon Sue Duguay, qui se montre optimiste.

Elle croit que c’est une occasion d’élargir le bassin de participants, et potentiellement d’atteindre un public qui n’aurait pas accès à l’événement en temps normal.

Bien que ce soit un défi, il y a quand même des avantages, résume-t-elle. Par exemple, on n’a pas le défi des restrictions de budget parce qu’on n’a pas besoin de payer des déplacements de jeunes de partout au pays.

Pleins feux sur l’éducation postsecondaire

Lors de l’assemblée générale annuelle, les membres ont aussi souligné deux enjeux relatifs aux établissements d’éducation postsecondaires. Le premier est le besoin de soutien pour la santé mentale en temps de pandémie.

On a reçu comme mandat à la FJCF de mettre de la pression auprès des établissements postsecondaires en matière de prévention [de problèmes] de santé mentale, on sait que c’est un grand manque auprès des établissements, affirme la présidente.

Elle indique que la direction de l’organisme se penchera sur la manière manière d’approcher le sujet.

Le deuxième enjeu relatif aux établissements d’éducation postsecondaire est l’accès aux études en français. Les membres de la FJFC ont cru sage de réitérer le mandat de l’organisme en la matière, c’est-à-dire qu’il doit défendre l’accès aux études en français ainsi que chercher à préserver les établissements d’enseignement postsecondaires en français au Canada.

Le Campus Saint-Jean.

La FJFC a réitéré son mandat de défendre l'accès aux études en français.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Cela vient alors que le Campus Saint-Jean en Alberta est menacé de disparition. Aux prises avec d’importants problèmes financiers, l’Université de l’Alberta étudie neuf scénarios de restructuration, dont six pourraient entraîner la disparition du seul campus francophone à l'ouest du Manitoba.

Il s’agit, selon Sue Duguay, de travailler à ce qu’on arrête de voir des coupures comme celles qu’on a vues en Alberta en termes d’éducation postsecondaire francophone.

Deux nouveaux visages à la direction

Pour la première fois, l'assemblée de la FJCF s’est déroulée virtuellement. La présidente depuis deux ans, Sue Duguay, a été reconduite pour un deuxième mandat, celui-ci d’un an. Originaire du Nouveau-Brunswick, elle croit qu’elle pourra fournir de la stabilité à la FJCF pendant la pandémie de COVID-19.

La Manitobaine Ariane Freynet-Gagné a été élue vice-présidente et Benjamin Doudard, un Ontarien qui réside maintenant en Colombie-Britannique, a été élu au poste de trésorier. Avec Mme Duguay, ils formeront le Bureau de direction de la FJCF au cours de la prochaine année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !