•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La qualité de l’air, un problème supplémentaire pour les sans-abri

Une rue enfumée de Vancouver.

La qualité de l'air est mauvaise à Vancouver à cause des incendies de forêt sur la côte ouest-américaine.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson (CBC)

La Boussole, un organisme d'aide aux démunis francophones de Vancouver, interpelle les autorités municipales pour qu’elles fournissent un abri aux itinérants, même la nuit, en raison de la mauvaise qualité de l’air dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique.

Cela fait plusieurs jours que l’air est irrespirable dans plusieurs régions de la province en raison des feux de forêt qui font rage dans les états américains de la Californie, de Washington et de l'Oregon.

Les autorités sanitaires recommandent de garder les fenêtres fermées et de limiter les sorties, mais tous les Britanno-Colombiens ne peuvent pas suivre ces consignes.

Vancouver compte 2095 itinérants, selon l’Association du logement de la Colombie-Britannique. De ceux-ci, 1548 ont accès à un logement temporaire et 547 sont sans-abri. L’organisme La Boussole qui dessert les démunis francophones de la région, il est urgent que les autorités municipales mettent des mesures en place pour protéger les sans-abri.

Un homme couché et un autre assis par terre

Les autorités demandent à tous de rester à la maison et de porter un masque à l'extérieur quand c'est possible, mais les sans-abri n'ont pas toujours cette possibilité.

Photo : Radio-Canada / CBC

Depuis quatre jours déjà, Environnement Canada a appelé les plus vulnérables à se confiner et à éviter les activités physiques, pourtant les refuges d’urgence n’ont pas encore ouvert, souligne Louise Chaynes, la directrice générale de La Boussole. Cette dernière rappelle que Vancouver est désormais la 2e ville au monde avec la pire qualité de l’air après Portland.

Des milliers de personnes qui ont passé tout le week-end dans la rue sont [toujours) dans la rue ce soir sans possibilité de se protéger contre la fumée.

Louise Chaynes, directrice générale, La Boussole

Des centres de la qualité de l’air

Lundi, Vancouver a annoncé l'ouverture de cinq centres où ses citoyens peuvent venir respirer de l'air propre. Mardi matin, trois de ces centres étaient opérationnels, selon La Boussole.

  • Centre communautaire Carnegie : ouvert de 9 h à 20 h
  • Centre Evelyne Saller : ouvert de 9 h 15 à 20 h
  • Centre communautaire Gathering Place : ouvert de 9 h à 20 h
  • Centre communautaire Mount Pleasant Place : horaire variable du lundi au vendredi
  • La Bibliothèque centrale de Vancouver : horaire à venir

C’est un pas en avant, reconnaît La Boussole, mais un peu tardif cependant. Louise Chaynes affirme que cette situation nous rappelle que c’est toujours les personnes les plus précaires qui sont les plus touchées et qui ont le plus de difficultés à préserver leur santé, et de plus qui sont déjà fragilisées par la pandémie du coronavirus.

Beaucoup de personnes ont des problèmes de santé, des problèmes respiratoires, donc c'est vraiment un problème supplémentaire qui vient s'ajouter à la liste des problèmes auxquelles ils doivent faire face chaque jour.

Louise Chaynes, directrice générale, La Boussole

Ces centres offrent un nombre limité de places avec des filtres à haute efficacité pour les particules aériennes (HEPA) ou MERV 13, a déclaré la Ville dans un communiqué de presse. Les autorités ajoutent que cela peut aider les personnes aux prises avec des problèmes respiratoires.

Respirer de l’air de bonne qualité ne devrait pas être un privilège

Ces centres étant de jour, madame Chaynes regrette qu’une fois les établissements fermés, les itinérants vont se retrouver une fois de plus à la rue. Les membres de La Boussole relèvent les risques accrus auxquels sont confrontés les itinérants avec la fumée et notent que les refuges d’urgence n’ouvriront qu’en novembre.

C'est la responsabilité de la Ville de Vancouver et de la régie de la santé (Vancouver Coastal) de protéger ces personnes en leur offrant un toit où elles peuvent être mises en sécurité et, justement, ne pas être affaiblies par cette fumée, lance-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !