•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement des infrastructures sportives : impatience dans la Baie-des-Chaleurs

Aréna de New Richmond

Dix millions de dollars sont nécessaires pour donner une deuxième vie à l'aréna de New Richmond.

Photo : Ville de New Richmond

Beaucoup d'appelés, mais peu d'élus : toucher au programme d'aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS) s'annonce ardu pour les municipalités gaspésiennes. La somme dont disposent Ottawa et Québec est cinq fois inférieure aux demandes de financement déposées. L’annonce des projets retenus est repoussée à la fin de l’année.

Le ministère de l’Éducation confirme avoir reçu 620 demandes de financement totalisant 1,5 milliard de dollars alors que l'enveloppe du PAFIRS n'est que de de 294 millions de dollars.

Ça permet de constater que les besoins sont immenses pour les infrastructures de sports et loisirs au niveau municipal, soutient le maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe.

Dans la Baie-des-Chaleurs, les municipalités de Nouvelle, Carleton-sur-Mer et de New Richmond souhaitent rénover leur aréna respectif grâce à ce programme de financement qui rembourse 66,6 % des coûts d'un projet.

Le Programme d'aide financière aux infrastructures récréatives et sportives vise à financer la construction, l’aménagement, la mise aux normes ou la rénovation d’installations sportives et récréatives, en parts égales (33,3 %) entre Québec, Ottawa et l’organisme porteur d’un projet.

Des annonces d’ici la fin de l’année si tout se passe bien

Les gouvernements avaient prévu dévoiler les projets retenus pour du financement au printemps. Cet été, le gouvernement du Québec avait laissé entendre aux élus gaspésiens que la pandémie avait causé le report en début d’automne.

Questionnée mardi sur l’échéancier actuel, l’attachée du ministre de l’Éducation, Alice Bergeron, a répondu ceci par courriel : Si tout se passe bien, nous serons en mesure de commencer à faire les annonces d’ici la fin de l’année.

Ça me surprend un peu que les réponses sortent tard, affirme le maire de Nouvelle qui a soumis un projet de 4,4 millions de dollars pour rénover le centre sportif Louis-Sleigher. Quand on a rencontré M. Legault cet été, il disait qu’on était censé avoir une réponse en début d’automne. Je trouve que c’est tard parce que c’est un programme qui est sorti depuis longtemps.

Le maire de New Richmond, Éric Dubé, s'impatiente lui aussi.

On a bien hâte de savoir si notre projet est retenu, dit-il, parce que notre aréna est rendu à bout d’âge, on n’a plus besoin de le prouver. On va essayer de le rouvrir début octobre pour une dernière saison. C’est sûr que plus vite on aura ces annonces-là, plus vite on pourra se concentrer à aller de l’avant avec notre projet.

La rénovation d’un aréna, c’est quelque chose qui prend plus que dix semaines, on sait qu’on en a pour presque un an de travaux. Si on veut s’assurer d’être prêt pour 2021, si notre projet est retenu, il ne faut pas trop retarder.

Éric Dubé, maire de New Richmond
Éric Dubé lors d'une entrevue avec Radio-Canada.

Le maire de New Richmond, Éric Dubé, est impatient de savoir si le projet de réfection de l'aréna de New Richmond sera retenu par les gouvernements.

Photo : Radio-Canada

Dix millions de dollars sont nécessaires pour donner un second souffle au complexe sportif Jean-Marie-Jobin, sans quoi son avenir est incertain. La Municipalité était prête à lancer les travaux avant l’hiver.

Nos plans et devis étaient prêts au début du mois de juin, précise Éric Dubé. On aurait pu aller en appel d’offres cet été. Si on n’avait eu une réponse au printemps et qu’elle avait été positive, on aurait pu commencer les travaux cet automne.

Prévenir ou guérir?

Malgré les centaines de demandes de financement, les maires de Nouvelle, de Carleton-sur-Mer et de New Richmond gardent espoir que leur projet sera retenu par les gouvernements.

J’espère qu’ils vont analyser toutes les demandes à fond et prioriser les projets où les travaux sont urgents, affirme le maire de Nouvelle, Yvan St-Pierre.

De son côté, la Ville de Carleton-sur-Mer mise sur des travaux préventifs pour son aréna, ce qui se traduirait en économies à long terme.

La Ville a toujours entretenu son aréna, contrairement à beaucoup d’infrastructures du genre autour de nous. On l’a toujours mis à niveau et on a investi au cours des années. On a besoin de 2,9 millions de dollars pour propulser notre aréna pour les 20-25 prochaines années.

Mathieu Lapointe, maire de Carleton-sur-Mer

On peut attendre 5-10 ans, admet M. Lapointe, mais ce qui va arriver si on attend, c’est qu’au lieu de nous coûter 2,9 millions de dollars, ça va être un projet de 11-12 millions pour refaire complètement l’infrastructure et c’est ce qu’on ne souhaite pas.

Le maire photographié alors qu'il travaille à son ordinateur

Le maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe, mise sur des travaux préventifs moins coûteux.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le ministre de l’Éducation a déjà précisé que la concertation régionale, l’accessibilité, la diversité de l’offre sportive et l’urgence d’effectuer des travaux étaient des critères qu’elle allait prendre en considération dans le choix des projets, tout comme la répartition géographique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !