•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défaite du progressiste-conservateur dans Shippagan-Lamèque-Miscou : « Du jamais-vu »

Jean-Gérard Chiasson

Jean-Gérard Chiasson, candidat-conservateur défait dans Shippagan-Lamèque-Miscou

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Dans la circonscription de Shippagan-Lamèque-Miscou, l'ampleur de la défaite des progressistes-conservateurs aux élections provinciales marque l'histoire politique.

Le libéral Éric Mallet l'a emporté par plus de 6000 votes devant le progressiste-conservateur Jean-Gérard Chiasson.

C'est une circonscription qui nous a pourtant habitués à des courses très serrées au cours des décennies.

Shippagan-Lamèque-Miscou a vu des ministres influents la représenter, notamment les progressistes- conservateurs Jean Gauvin et Paul Robichaud ainsi que la libérale Aldéa Landry.

Jean Gauvin en entrevue dans des archives de Radio-Canada.

Jean Gauvin, ancien député et ministre progressiste-conservateur au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Elle était considérée comme une circonscription baromètre, qui penchait souvent du côté du gouvernement, mais où les luttes étaient toujours serrées. Pour les conservateurs, cette fois-ci, tout a basculé.

C'est du jamais-vu, c'est sûr.

Jean-Gérard Chiasson, ex-candidat progressiste-conservateur

Même le candidat progressiste-conservateur, Jean-Gérard Chiasson, a paru surpris par l'ampleur de sa défaite. Il a obtenu un peu plus de 700 votes, mais se retrouve à plus de 6000 voix du libéral Éric Mallet.

Jean-Gérard Chiasson, en compagnie de Blaine Higgs.

Jean-Gérard Chiasson, en compagnie de Blaine Higgs

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Disons que ç'a été très, très déconcertant, reconnaît-il. On voyait à un moment que la tendance se portait de l'autre côté, mais pas à ce point-là. Ç'a toujours été serré dans la circonscription. Quand Paul Robichaud s'est fait battre par Wilfred Roussel, c'était par 44 voix. Puis, Wilfred s'est fait battre par Robert Gauvin par 99 voix de différence.

Il attribue sa cuisante défaite à la perception selon laquelle le chef progressiste-conservateur, Blaine Higgs, est antifrancophone.

Le pont, ça n'a certainement pas aidé.

Jean-Gérard Chiasson, ex-candidat progressiste-conservateur

L'histoire du pont

Puis, il y a cette histoire du pont Lamèque-Shippagan qui ne l'a pas aidé. Blaine Higgs s'est rendu à Shippagan, mais il n'a pas voulu avancer une date quant au début de la construction d'un nouveau pont.

Le pont Lamèque-Shippagan.

Le pont Lamèque-Shippagan

Photo : Radio-Canada

Aussi, il y a des promesses que les gens voulaient, comme un nouveau pont et une nouvelle résidence Lucien Saindon à Lamèque, ajoute-t-il. Higgs a dit qu'il ne ferait pas de promesses électorales. Ce qu'il a dit concernant le pont, c'est qu'il attendait la fin des études et qu'il arriverait avec un échéancier. Mais, ç'a sorti comme quoi il avait rejeté le pont.

Pour Jean-Gérard Chiasson, cela a été, en quelque sorte, le coup de grâce.

Disons que ça m'a jeté un peu en bas du pont, d'après les résultats.

Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !