•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’évolution du virus au Bas-Saint-Laurent suivie de près par les régions voisines

Ville de Gaspé. Statut d'une femme et d'un poison en avant plan

Ville de Gaspé

Photo : Radio-Canada

Le directeur de la santé publique pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier-Viger, ainsi que les responsables de santé publique du Nouveau-Brunswick suivent de près la recrudescence des cas de COVID-19 dans leur région voisine du Bas-Saint-Laurent.

Selon le système d’alerte régionale mis en place par le gouvernement du Québec, le Bas-Saint-Laurent est passé du vert au jaune mardi après-midi après une recrudescence importante des cas dans les derniers jours.

La région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine reste au vert.

Le directeur de la santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier-Viger estime qu'il n'est pas nécessaire de mettre en place des mesures spéciales pour assurer la sécurité des Gaspésiens, comme l'imposition de règles sanitaires plus strictes ou la réinstallation de barrages routiers à la frontière des régions comme au printemps dernier.

M. Bonnier-Viger croit qu’il est suffisant de rappeler les quatre principes de base pour éviter la propagation du virus : s’isoler en cas de symptômes, se laver régulièrement les mains, se tenir à deux mètres de distance d’une autre personne et porter un masque en public.

Actuellement, les cas que nous avons sont des cas que nous pouvons tout à fait contrôler, affirme-t-il. Ça ne menace pas notre capacité de rendre les services. Ils ne menacent pas de s’étendre.

Les éclosions, quand il y en a, elles sont tout à fait contrôlées. Donc, il n’y a aucune raison de passer au jaune.

Yv Bonnier-Viger , directeur de la santé publique pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine

Le préfet de la MRC de La Haute-Gaspésie, Allen Cormier, demande aux voyageurs d’être vigilant en respectant les règles pour éviter la propagation du virus.

La Haute-Gaspésie est la MRC voisine du Bas-Saint-Laurent. Donc, oui c’est inquiétant. Alors, il faut réagir, c’est la responsabilité de tous.

Allen Cormier, préfet, MRC de La Haute-Gaspésie

Si les choses ne changent pas nécessairement de son côté, la santé publique régionale a quand même offert son aide à celle du Bas-Saint-Laurent.

Quelques employés de la Gaspésie, trois, quatre personnes, souligne Yv Bonnier-Viger, prêtent main-forte aux employés du Bas-Saint-Laurent notamment en ce qui concerne les enquêtes téléphoniques.

On a prêté au Bas-Saint-Laurent quelques personnes pour les aider pour soulager un peu le travail que leurs équipes ont à faire. C’est trois ou quatre personnes pour l’instant, mais ça fait une grosse différence quand on a une équipe qui est étirée à sa limite.

Le Nouveau-Brunswick aussi aux aguets

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, se dit préoccupé par ce changement de niveau d'alerte au Bas-Saint-Laurent.

Nous allons regarder ça de près, parce que François Legault semble effectuer des changements dans un secteur où nous avons une bulle, indique-t-il.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, dans son bureau qui regarde une caméra.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, lors d'une entrevue mardi.

Photo : Radio-Canada

Depuis le 1er août, les résidents de la MRC du Témiscouata peuvent se rendre au Nouveau-Brunswick sans devoir s’isoler pendant 14 jours. La MRC a enregistré six nouveaux cas de COVID-19 dans la dernière semaine.

C’est inquiétant, parce que si la zone passe au orange, ça veut dire qu’il y a une éclosion [traduction libre].

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le premier ministre Higgs, réélu lundi, ne s’est toutefois pas avancé sur le sort des bulles entre le Québec et le Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !