•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des manifestants craignent que Québec oublie l'environnement

Des manifestants qui portent une banderole. Ils ont des masques au visage.

Des manifestants pour l'adoption de mesures plus strictes en faveur de la protection de l'environnement.

Photo : Radio-Canada/Pierre-Alexandre Bolduc

Quelques dizaines de représentants de regroupements étudiants, environnementaux et communautaires ont profité de la rentrée parlementaire, mardi à Québec, pour manifester et demander au gouvernement Legault de mettre l'environnement au coeur de ses priorités.

Depuis le début de la pandémie, ces regroupements ont l'impression que les questions environnementales ont été évincées de la sphère publique au profit des mesures sanitaires et de la relance économique.

S'ils disent comprendre la nécessité de combattre la COVID-19, les manifestants affirment que la pandémie ne justifie tout de même pas l'abandon de mesures qui devaient être mises en place afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre au Québec.

Monsieur Legault et monsieur Arruda nous ont martelé pendant plusieurs mois de suivre les règles sanitaires. Aujourd'hui, c'est à notre tour d'implorer le gouvernement Legault de tout mettre en oeuvre pour agir concrètement pour réduire l'empreinte carbone du Québec, affirme le porte-parole des AmiEs de la Terre de Québec, Nicolas Roulx.

Des étudiants inquiets

En tant qu'étudiants, on se rend compte que c'est notre avenir qui est en danger si le gouvernement ne met pas des mesures drastiques en place, ajoute la porte-parole de la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social, Chloé Proulx.

Elle déplore également le manque d'actions entreprises par l'État depuis les marches pour le climat de septembre 2019. On sentait un grand engouement après la manifestation du 27 septembre dernier. Le gouvernement s'était engagé à faire des choses, mais la pandémie lui a donné une raison de laisser ça de côté, soutient-elle.

Les regroupements souhaitent que la relance économique se fasse sans que cela se traduise par l'augmentation d'émissions polluantes. On demande d'écouter la recherche. On ne veut pas de retour à la normale. En matière environnementale, c'était le problème, martèle Nicolas Roulx.

Un autre rassemblement est prévu le 25 septembre à Québec afin de réclamer des mesures plus rapides et efficaces pour la protection de l'environnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !